Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2007

Interview sur France 3 Sud

J'étais, ce soir, l'invité du journal de 19h de France 3 Sud où j'ai répondu aux questions Hélène Archilla.



Hélène Archilla : Jean-Pierre Grand, bonsoir, vous être député-maire UMP de Castelnau le Lez. Dominique de Villepin qui ne se présente pas à l’élection présidentielle, vous allez voter pour qui vous ?

Jean-Pierre Grand : Moi, je suis très clair. Ma famille politique, c’est l’UMP. L’UMP a un candidat, c’est Nicolas Sarkozy. Donc je serai totalement loyal à Nicolas Sarkozy.

C’est un choix par défaut ? Vous n’êtes pas tenté par glisser un bulletin François Bayrou dans l’urne, le moment venu ?

Non, vous savez moi je suis quelqu’un de loyal ! Et puis, quand j’ai quelque chose à dire, je le dis. Si je n’avais pas souhaité voter pour Nicolas Sarkozy, je serai venu sur ce plateau et je l’aurais dit. Moi, j’ai été fidèle jusqu’au bout à Jacques Chirac et à Dominique de Villepin. Tout le monde sait que j’aurais souhaité que Dominique de Villepin soit candidat aux élections présidentielles. Il ne l’est pas, c’est Nicolas Sarkozy, je soutiens Nicolas Sarkozy. Vous voyez, c’est très simple, c’est sans ambiguïté. Et aujourd’hui nous allons commencer la campagne électorale.

Dominique de Villepin a laissé planer le doute ou c’est vous qui laissiez planer le doute ? Parce que finalement lui a estimé qu’il n’avait jamais voulu être candidat à cette élection. Vous l’aviez souhaité vous ?

Je crois que Dominique de Villepin est porteur des grandes valeurs. Regardez, il était aux Etats-Unis, il y a 48 heures. Il a fait un brillant discours à l’ONU. Il a fait un autre brillant discours à Harvard. C’est quelqu’un qui sur la planète compte. Il a peut être pas envie de continuer à faire de la politique de cette façon là. Je veux dire, il faut respecter son choix. Il aura d’autres moyens de servir le pays : la paix, l’environnement, la coopération, l’aide à l’Afrique, etc. Il y a mille et une façons de servir le pays et la planète.

Aux côtés de Nicolas Sarkozy ? Il servira ce pays à ces côtés ?

Aux côtés de celui qui sera Président de la République parce qu’effectivement ces choses là se font avec les gouvernements de la Nation.

Vous parlez de votre famille politique donc l’UMP. Comment voyez-vous l’émergence de François Bayrou et ces sondages qui le propulsent visiblement au second tour ?

La faiblesse de Ségolène Royal à l’évidence. Dans chaque français, il y a un logiciel. Ils se disent : « voilà celui-là peut être Président de la République et celui-là ne peut pas l’être ». Et à l’évidence, Ségolène Royal est un candidat fragile. Donc cette candidature naturellement elle crée des difficultés à gauche. Donc il y a beaucoup d’électeurs de gauche qui glissent sur François Bayrou. C’est ça l’élection présidentielle. L’élection présidentielle, ce n’est pas toujours ce qu’on croit, c’est pas forcement le schéma que les médias avaient décidé.

Derrière les présidentielles, il y aura les législatives. Vous êtes candidat dans la troisième circonscription ?

Oui, j’ai dit que je serais candidat. Le temps de la campagne viendra, pas aujourd’hui, dans un mois et demi, deux mois. Le mois qui précèdera l’élection.

La politique régionale, on ne peut pas ne pas l’évoquer. Georges Frêche exclu du Parti Socialiste qui exclut lui-même pas mal de ses accompagnants. Comment vous voyez ça ? Quel regard vous portez là-dessus ?

Vous savez, je crois qu’aujourd’hui la vie politique locale est toujours un petit peu animée. Bon c’est une vieille tradition languedocienne et héraultaise.

C’est la fin d’un cycle ? Enfin c’est la fin d’un règne, on va dire ?

Non, moi je crois d’abord qu’en ce qui concerne ses collaborateurs, il a la responsabilité de ses choix naturellement. Pour le reste, il a été élu pour un mandat. Ecoutez nous ferons le bilan à la fin de ce mandat.

Merci Jean-Pierre Grand. Merci d’avoir été notre invité sur ce plateau.

Commentaires

Monsieur le Député,
vous parlez de loyauté, très bien, mais je veux vous rappeler quelquechose qui me paraît essentiel : la loyauté est noble, mais elle ne l'est vraiment, comme la fidélité, qu'en étant vouée à des valeurs, des idéaux, pas à des hommes...
Ainsi, si votre loyauté, fidélité envers Jacques Chirac et Dominique de Villepin est incontestable parce qu'en cohérence avec ce que sont, a priori, vos valeurs et idéaux mais votre soutien au candidat soutenu financièrement et logistiquement par l'UMP n'a aucun sens.
Quand vous dîtes que l'UMP est votre famille politique, je m'inscris en faux. En effet, l'UMP n'est pas une famille politique mais un parti regroupant différentes familles qui se sont vues supprimer leur possibilité de s'exprimer indépendamment et de contribuer à un débat interne qui n'a jamais eu lieu.
Ceci étant, je prends acte de votre "soutien" et vous demande donc de vous prononcer sur différents points du projet de "votre" candidat :
- que pensez-vous de la volonté de Nicolas Sarkozy de créer un "Ministère de l'Immigration et de l'Identité Nationale"?
- que pensez-vous du concept d'immigration choisie condamnée par Jacques Chirac?
- que pensez-vous du traitement fait aux enfants de sans-papiers scolarisés en France qui sont contre tous les engagements de l'Etat renvoyés dans leur pays d'origine au mépris du danger pour leur vie?
- que pensez-vous de l'idée d'exonérer les heures supplémentaires des charges sociales et de toute imposition rendant ainsi les heures supplémentaires moins chères que les heures normales? Aussi, dans la lancée, comment comptez-vous financer les retraites sans cet apport supplémentaire sachant que tous les économistes spécialistes des affaires sociales et notamment des retraites disent que ce n'est pas crédible?
- que pensez-vous aussi de l'ensemble des propositions fiscales de votre candidat (bouclier fiscal à 50% comprenant l'Impôt sur le Revenu, la CSG, la CRDS, etc..., sans toucher à l'assiette de l'ISF, etc...) qui aura pour conséquences d'exonérer de l'ISF les plus aisés mais pas les petits revenus?
- que pensez-vous de la volonté de votre candidat de généraliser en France le vote électronique quand on connait les expériences étatsuniennes ou UMPistes (vous me permettrez de ne pas rappeler ici le détail des listes qui circulent pour la chasse aux sorcières)?
Il y a bien d'autres questions que je vous poserai volontier, ainsi qu'à d'autres élus qui soutenaient jusqu'à très récemment le Président et le Premier Ministre... juste pour voir la cohérence entre votre soutien et vos idéaux...
Entre nous soit dit, j'aurai aimé que vous preniez vos responsabilités et que, à défaut d'aller au bout du raisonnement pour soutenir François BAYROU, vous vous absteniez de soutenir l'antithèse de ce en quoi vous aspirez!
Amitiés républicaines...
Guillaume

Écrit par : Guillaume | 20/03/2007

Bien : Le Président a accepté la démission de SARKO, et en contrepartie accepté de "voter" et "soutenir" celui qui lui a piqué son "enfant".
Le Premier Ministre l'avait déjà fait : il faut bien rester dans l'appareil quitte à avaler des couleuvres pour en devenir le leader naturel quand "l'autre" aura planté la droite républicaine, et mis tout le monde KO....sauf les gaullistes, et chiraco-villepinistes !!!
Les politiques sont obligés de rester dans la boite de sardines, mais nous les électeurs chiraco-villepinistes, et ou, gaullistes gardons notre libre arbitre.
Celui qui bousculera le plus le schmilblic
aujourd'hui reste notre outsider du Béarn.
J'ai du plaisir à constater combien BORLOO
fait durer le plaisir en mettant les nerfs du "boss" en pelote, et HULOT qui n'a pas dit son dernier mot !
Parfois il est urgent de désobéir à sa famille politique, quand elle s'égare : ce que les politiques ne peuvent faire, nous le pouvons.
DEBRE commé au Conseil Constitutionnel est le bon homme à la bonne place, et idem pour Barouin à l'Intérieur.
JUPPE, VILLEPIN & Co au sein de l'UMP, sont également indispensables pour les lendemain qui déchantent.
Le compagnon de MAM au perchoir....cela aurait pû être pire.
Mathilde

Écrit par : mathilde | 21/03/2007

C'est bien ce qui inquiète profondément les Français: le nettoyage de la France avec le "karcher" de Sarkozy. Il se voulait commencer par la banlieue et a dans le même temps joué sa partition au sein de l'UMP et ailleurs...Le dernier karchérisé en date aura été Dominique de Villepin.

Si nous ne réagissons pas à temps, le nettoyage au karcher va s'étendre et s'amplifier...

Les méthodes UMPistes et les injonctions à ce que les Français ou d’autres quittent la France, montrent leur rejet de ceux qui ne pensent pas comme eux et leur mentor, ainsi que leur forte capacité de nuisance à monter les uns contre les autres. En ce sens ils représentent un danger sérieux pour la paix civile dans notre pays.

C’est un devoir pour tous les enfants de la France, de l’aider à se protéger de ceux qui veulent la diviser et l’amener dans une situation des plus dangereuses pour l’ensemble des Français!

Pour ceux qui s’interrogent sur la position rocambolesque ou abracadabrantesque de M. Jacques Chirac, j’apporte la réponse de la républicaine que je suis :c'est à ma conscience que j'obéirai et à personne d'autre! Alors ce que dit M. Chirac qui a lui-même passer son temps à conspuer les prises de position anti-Républicaines du candidat de l'UMP cela ne me trouble absolument pas et au contraire. Cela me conforte dans le fait que le peuple français doit saisir la chance incroyable qui se présente à lui à cette élection en affaiblissant les partis UMP et PS. Il nous faut repartir sur d'autres bases et cela aussi bien des gens de doite que de gauche l'appellent aujourd'hui de leurs voeux! Ils ont compris qu'il nous faut d'urgence sortir du clivage droite/gauche et de la politique clientéliste, partisane et politicienne.

Français secouez-vous! C'est maintenant ou jamais que vous pourrez aider notre pays à retrouver une partie de sa Liberté en le libérant de la main mise de partis politiques qui ont à eux seuls régulièrement enfoncé le navire France dans l'eau! Pour moi, la seule période où quelqu'un aura travaillé à tenter de le sortir des eaux c'est la période du Premier ministre Dominique de Villepin. Il a injustement été sacrifié pour des raisons qui nous échappent encore! Et j'espère de tout coeur qu'il reviendra un jour. Mais pour l'instant l'urgence est de voter pour celui qui brusquera le moins la France, et c’est François Bayrou.

Lorsque des enjeux supérieurs concernant la Nation sont en jeu, c'est chacun sa conscience. Comme de nombreux Républicains attachés aux valeurs que portent la France depuis plusieurs siècles, nous voterons donc pour F. Bayrou et ce, dès le premier tour. Ce vote utile permettra, au seul qui soit en position de faire barrage à l'atlantiste communautariste Sarkozy, d'atteindre le second tour. Alors pas question de gaspiller un seul bulletin de vote. C'est une question de salut public pour préserver notre paix civile, car trop de gens risquent, sur le terrain, de bousculer l'équilibre de notre société si nous élisons une personnalité qui dresse, comme le fait admirablement bien Sarkozy, les uns contre les autres dans notre pays.

Bayrou trouvera sa majorité pour gouverner, cela ne doit en aucun cas perturber les Français et les empêcher d'opter pour la liberté. Il ne faut pas tomber dans le piège tendu par les deux partis qui ont contribué à ruiner la France. Ils ont gouverné 25 ans et ont mis la France à genoux. Quoique fasse Bayrou, il ne pourra qu'être meilleur qu'eux! Alors...citoyen et citoyenne, à ton bulletin de vote!

Citoyens qui avaient l'habitude de voter à droite, ne vous laissez pas enfumer par la position de totale incohérence de J. Chirac. Relisez son discours d'adieu et vous verrez qu'à chaque ligne il attaque les positions de Sarkozy. Il les présente même comme des dangers pour notre société.

Nous devons assumer la responsabilité de défendre la quiétude en France. Notre vote nous appartient: montrons au reste du monde que nous sommes encore un peuple souverain qui n'obéit ni à la presse ni à ceux qui ont oublié de défendre les valeurs républicaines !

Écrit par : samira | 21/03/2007

2000 + 2002 + 2004 = 2007 !

2000, c’est l’année du quinquennat. En faisant coïncider le mandat du Président avec celui des parlementaires, il ne pouvait arriver que ce qui arriva: les partis politiques se sont emparé du scrutin présidentiel, dénaturant l’esprit de notre constitution. Ceux qui se réclament aujourd’hui d’une VIème République (ou du Vème modifiée…) ne seraient sans doute pas si nombreux si cette réforme n’avait été adoptée.

2002, création de l’UMP, solution de tous les maux… Belle opération ! Avant, il y avait RPR et UDF, maintenant il y a l’UMP et l’UDF, le gaullisme en moins, ou largement dilué dans une formation néolibérale que les Français avaient pourtant rejetée en 1988 après deux ans de gouvernement (Thatcher était à la mode…). l’UDF, avec ses quelques députés, ne s’est jamais si bien portée qu’aujourd’hui… Notons aussi qu’à gauche le phénomène est strictement identique: le PS est parvenu à se débarrasser du PC, mais l’extrême gauche l’a vite remplacé. Tout ceci au plus grand bénéfice de Le Pen qui représente tout sauf la Démocratie et la République.

2004, un certain jour de novembre, Nicolas Sarkozy est élu président de l’UMP. Jacques Chirac a fait ce qu’il pouvait pour l’éviter (souvenez-vous du 14 juillet de cette même année), mais ce jour-là, il a compris : 2000 + 2002 + 2004 = 2007.

2007, le 21 mars, Jacques Chirac: «S'agissant de mes choix personnels, les choses sont simples. Il y a cinq ans, j'ai voulu la création de l'UMP… Dans sa diversité, cette formation politique a choisi de soutenir la candidature de Nicolas Sarkozy… C'est donc tout naturellement que je lui apporterai mon vote et mon soutien». Et si l’UMP est aujourd’hui en mesure de décider d’une candidature à l’élection présidentielle, c’est à cause du quinquennat. La boucle est bouclée.

Pouvait-il en être autrement ???...

Écrit par : Républicain | 21/03/2007

Et qui est responsable du fait que la coïencidence de l'élection présidentielle avec celle des législatives, a permis aux partis politiques de s'approprier la République et de confisquer au passage la démocratie et l'esprit de la Vème, à savoir que l'élection au suffrage universel du président c'est la rencontre d'un homme avec son peuple? Plus grande perspicacité politique, je ne connais pas et la réponse à ma question vous la connaissez tous...

Alors aujourd'hui venir boucler la boucle comme il le fait, je crie à l'inconscience! L'Histoire jugera à présent...Et à mon avis, qui vous savez n'a pas choisi la plus grande porte.

Écrit par : samira | 21/03/2007

Mr Grand vous dites soutenir loyalement Le candidat de votre famille UMP : Nicolas Sarkozy ! Alors fermez ce blog où ne s'expriment que des anti sarkozistes qui appellent à voter Bayrou!!! Bayrou c'est l'immobilisme, le retour à la IVème république et ses dérives et surtout la fin de la Vème République voulue par De Gaulle. A tous les blogueurs qui se disent gaullistes prouvez le : le seul qu ne changera pas les institutions c'est SARKOZY

Écrit par : DM | 21/03/2007

Rien, mais alors rien, ne nous aura été épargné et je crains que le pire ne soit à venir.
Quelque soit le vainqueur de cette Présidentielle pas comme les autres, il n'en sortira rien de bon, Bayrou n'étant que l'empêcheur de voter en rond!
Après notre traversée du désert, c'est au minimum ce dont il va s'agir pour nous, notre seule issue c'est une refondation de la droite!
Viendra t-elle? Je n'en suis même pas sûre!
Ce qui certain en revanche c'est que nous ne boirons pas le calice jusqu'à la lie sans broncher!

Écrit par : Betty | 21/03/2007

DM,

Mettre JPG en porte à faux est bien la dernière chose que nous voulons.
J'irai même plus loin...jusqu'au sacrifice suprême, si son avenir politique en dépendait, je voterai Sarkosy!

Ceci dit si vous pensez qu'il suffit de fermer un blog pour nous museler ,vous vous trompez lourdement et vos propos font froid dans le dos!
Blog ou pas blog, seul notre bulletin de vote va compter, je n'ose dire va peser!

Écrit par : Betty | 21/03/2007

Chère Betty,

La refondation de la droite dépendra de notre vote et il faut que vous le compreniez. Cette refondation aura lieu et elle est imminente pour peu que tous les exclus de la droite républicaine font pencher le scrutin, démontrant ainsi que les élus de la droite ont trahi leurs électeurs en ayant laissé faire ce qu'ils ont laissé faire...

Même sous la torture, et je pèse mes mots, je ne voterai jamais pour un communautariste. Je suis très bien placée pour savoir qu'il ne faut pas, en l'état actuel, laissé accéder au pouvoir des communautaristes. Nous sommes véritablement devant un choix qui sera très lourd de conséquences sur l'avenir de la France.

Écrit par : samira | 21/03/2007

Cher Jean-Pierre Grand,

Je suis profondément désolée si la liberté d'opinions que vous avez toujours défendue, peut potentiellement vous attirer des ennuis. L'avenir nous le dira...

Cet espace de discussion, comme vous l'avez toujours dit, est un espace de liberté. Il n'y est donc pas interdit aux partisans de la France selon Sarkozy ou Royal, ou tout autre candidat, de venir s'y exprimer. Il ne leur est donc pas interdit de venir y débattre et d'apporter la riposte à ce que certains blogueurs peuvent défendre comme convictions!

La France va t-elle tomber dans la pensée unique? Doit-on accepter que ceux qui ne pensent pas comme soi soit tout simplement muselés; la fermeture d'un blog étant tout simplement une façon de tuer symboliquement celui qui est différent.

Même sur des blogs de socialistes, on permet à des non socialistes de venir y critiquer vertement S. Royal! La droite, d'aujourd'hui, serait-elle donc la seule à vouloir que la liberté d'expression s'achève?

A nous citoyens qui nous sentons proches de la droite, de démontrer que la droite attachée aux principes républicains existe encore dans notre merveilleux pays.

Du fond du coeur et pour toujours: VIVE la FRANCE!

Écrit par : samira | 21/03/2007

D M, vous me demandez de fermer mon blog. Je trouve cette exigence déplacée. Ce blog est libre et il le restera. La seule limite que j'impose, c'est le respect de l'autre. Si vous êtes un observateur, ou un acteur de la vie politique locale, au lieu de me demander de fermer mon blog, demandez aux élus héraultais de l'UMP de faire campagne pour NS. Le seul qui aujourd'hui est audible et je le pense crédible, dans les médias languedociens, c'est moi qui ne mélange pas les élections législatives et municipales avec l'élection présidentielle. Les soutiens "historiques" de NS ne font pas campagne pour leur candidat mais pour eux. Cherchez l'erreur. Jacques Chirac et Dominique de Villepin nous ont demandé de nous engager, je m'engage donc pleinement, loyalement. Prochainement , ici, sur ce blog, je parlerai de nos institutions. JPG

Écrit par : jpgrand | 21/03/2007

En tant que gaulliste, entre SEGO et SARKO, je votais hier VILLEPIN, et demain par défaut,
BAYROU, le plus à même de rassembler et de limiter la casse...voir même faire des réformes restées vaines sous CHIRAC.
En tant que gaulliste, je ne suivrai pas Madame Veil (dommage qu'elle ne finisse pas en beauté), ni D2V, ni le Président, ni l'appel des députés de l'ump.
Avec un SARKO, l'on sait comment cela a commencé, mais pas comment cela se terminera !
Les baillons que l'on veut nous infliger ne font que nous conforter dans nos décisions.
Comme le disait si justement LUCIE AUBRAC, la résistance n'est pas seulement liée au passé, mais n'a jamais cessée, et aujourd'hui, nous résisterons à celui qui s'est approprié l'UMP, qui reste notre famille politique, et dont l'UDF devrait en être un courant, et non un réseau de résistance....car c'est de cela dont il s'agit !
Je suis et resterai dans l'esprit gaullien, et de ce fait voterai BAYROU, seul aujourd'hui à tendre vers cet esprit de loyauté, fraternité, et de rassemblement.

Mathilde

Écrit par : mathilde | 21/03/2007

Bonsoir l'Hérault,

DM demande de fermer le BLOG et s'interroge sur les "GAULLISTES" qui ne soutiennent pas SARKOSY qui n'en est pas un.

Pour aider DM, à comprendre on pourrait l'inviter à lire .... le CRI de la GARGOUILLE, tiens !!! Cela me parait pas mal comme test. Si après avoir lu cela, il pose la même question, et bien qu'il vote SARKOSY si cela l'enchante.

Sinon, il peut lire cette brillante analyse que je viens de lire sur
http://www.gaullisme.fr/breve_200307a.htm

La censure, la censure parce qu'on ne veut pas voter pour SARKOSY... elle est très drôle celle-là.

Écrit par : PHG | 21/03/2007

Chers amis,

Vous trouverez sur le site de notre Premier ministre l'ensemble des discours qu'il a tenu à Harvard ainsi que les réponses aux questions des étudiants.

Tout ce que Dominique de Villepin dit est tellement juste et tellement fort. Que ce soit sur le règlement des conflits au Moyen Orient ou sur ce qui concerne la défense du modèle social et républicain français. Je vous encourage à aller lire sur son site.

Pour ma part, je resterai à jamais fidèle à Dominique de Villepin et à sa vision pour notre pays. Je ne lui tiendrai jamais rigueur de ce qui se passe en ce moment, car il en est pour moi la principale malheureuse victime et quelle victime! Il a été enchainé et se libérer aujourd'hui eût été pour lui un suicide politique, ruinant de ce fait par avance son avenir et l'avenir de tout ce qu'il peut apporter à notre pays. Sachons lui pardonner et nous retrouver un jour autour de lui. Il le mérite oh combien, et notre pays mérite un grand homme d'Etat comme lui!

Voici simplement un extrait de son passage à Harvard.

"C’est une question difficile, mais très importante. Et chaque pays doit trouver une réponse prenant en compte sa propre histoire. L’histoire française est très spécifique, parce qu’à l’époque moderne, tout a commencé en France par une révolution. Et avec cette révolution, nous avons pris une position très importante, qui est de dire que chaque homme, quelle que soit sa couleur de peau, quelle que soit sa religion, a une valeur universelle. Et cela nous a mené à bâtir une République dans laquelle nous reconnaissons seulement les citoyens, et non les communautés.

Je fais donc une différence importante entre les communautés et l’identité. Je pense qu’il est très important de garder la partie universelle de chacun d’entre nous, intacte. Et nous avons toujours considéré en France que reconnaître les communautés, c’était ôter quelque chose à la République. Nous considérons donc que chacun doit être reconnu pour soi-même, et non parce qu’il appartient à un groupe religieux ou ethnique. Cela nous amène à un défi particulièrement difficile, et la situation est bien sûr très différente de celle du Royaume-Uni ou des Etats-Unis. Mais je pense qu’il est très important, au bout du compte, que ceci crée des droits, bien entendu, pour chaque citoyen du pays, mais cela crée aussi des devoirs pour chacun d’entre eux. C’est pourquoi nous avons décidé de voter une loi sur les signes religieux à l’école qui ne permet pas de montrer sa croyance religieuse dans les écoles. Nous avons l’impression que nous entrerions dans le domaine des communautés si nous acceptions par exemple que les jeunes musulmanes aillent à l’école avec un voile. Je pense que la position que nous avons prise est culturellement très importante, et que nous devons la garder.

Sur le plan économique, cela suppose, évidemment, que nous puissions donner une deuxième chance à celui qui a débuté dans notre société à une position difficile, venant de l’étranger ou venant de quartiers défavorisés sans trouver la voie pour s’intégrer dans la société. Cela signifie faire un effort spécial, mais pas ce que nous appellerions la discrimination positive. Nous devons donner une nouvelle chance et faire en sorte que la société se mobilise afin de trouver la bonne réponse pour chacune de ces personnes. Le problème est donc le suivant : comment pouvons-nous rester fidèles à nos valeurs, à notre vue de la République universelle, et en même temps trouver des réponses personnelles et collectives pour chaque cas dans notre République. Cela signifie que chaque citoyen de ce pays doit croire qu’il fait partie de la solution. Il doit être motivé à trouver la bonne solution. Et bien sûr, quand vous vous trouvez face à des difficultés économiques, il peut être plus difficile pour certaines personnes d’accepter de participer à ces jeux, d’accepter ces règles, mais je pense qu’il est important dans nos sociétés de s’assurer que ces valeurs communes et universelles soient au cœur de notre système car elles constituent les meilleures réponses que nous pouvons aux attaques venues de l’extérieur, à l’islamisme par exemple, ou à toute attitude radicale. Je pense donc que chaque pays suit sa propre voie, mais il est très important pour nous de rester fidèle au chemin de la République universelle."

Écrit par : samira | 21/03/2007

Mais oui vous vous dites gaullistes et vous allez voter Bayrou : c'est triste à pleurer !Que restera-t-il de la Vème République du Général dans la VIème qu'il est en train de concocter ? Là vous ne répondez pas.
Mr Grand, je persiste, vous ne devriez pas cautionner de tels propos sur votre blog. Puisque ce sont les militants UMP fidèles à Sarkozy qui ont tort avec vous, je vous salue bien et ne reviendrai plus sur ce blog. Quel électorat cherchez-vous à séduire ? Jusqu'à maintenant je vous soutenais encore face à beaucoup d'adhérents UMP déçus de votre attitude et qui clament haut et fort qu'ils ne voteront pas pour vous aux prochaines législatives. Mais là je commence à m'interroger !...

Écrit par : DM | 22/03/2007

DM, je ne cautionne personne. Si cela vous arrange de me faire dire ce que je ne dis pas, c'est votre affaire. JPG

Écrit par : jpgrand | 22/03/2007

DM,

Je confirme les propos de JPG.

J’étais hier soir avec des militants, sarkozystes de la 1ère heure, une quinzaine environ.

Même s’ils n’ont pas tous toujours compris les prises de positions de JPG, ils étaient d’accord sur un point.

Ils ont tous, sans exception, émis les plus grandes réserves sur la conduite de la campagne pour NS dans le département de l’Hérault, parfois de façon très sévère et très directe.

Écrit par : Républicain | 22/03/2007

C'est toujours les mêmes méthodes avec les sarkozystes: l'insulte et le chantage électoral à l'égard de tous ceux qui ne suivent pas leur chef. Faut-il leur rappeler que la France est une démocratie et que les élus de la République ne sont pas des moutons?

Écrit par : Louis | 22/03/2007

DM,

Pourquoi vouloir fermer ce blog ?

Les sarkozistes peuvent y venir pour défendre leur candidat, c'est d'ailleurs mon cas !

Les opinions qui s'échangent ici ne sont pas le reflet de la pensée de JPG mais l'avis d'internautes comme tout le monde peut l'exprimer librement ici.

Si vous souhaitez, comme moi, la victoire de Nicolas Sarkozy et bien soyons le plus nombreux à défendre notre candidat ici et ailleurs sur internet.

Écrit par : Eric | 22/03/2007

Notre cher Républicain nous avait soumis il y a quelques jours une question sur la discrimination positive. Comme aucun partisan de Sarkozy n'a souhaité engager la discussion sur ce point, je relance la discussion et j'y ajoute un autre point qui m'importe tout autant:

Contrairement à Dominique de Villepin, Nicolas Sarkozy est favorable au vote des étrangers. Il est à noter que beaucoup d'élus de l'UMP y sont également opposés.

Pensez-vous, comme Dominique de Villepin, que le droit de vote représente une dimension essentielle d'appartenance à la communauté nationale ou non? En ce qui me concerne, je souscris au fait que le vote est un acte majeur de la citoyenneté et ne doit donc concerner que les Français. J'étais d'ailleurs opposée à ce qu'il concerne les autres européens tant qu'une véritable Europe politique n'existe pas.

Contrairement à Dominique de Villepin qui s'est toujours battu contre la discrimination positive, Nicolas Sarkozy y est très favorable. C'est même un fervent défenseur de cette politique importée des Etats-Unis (et oui encore!). Il est d'ailleurs plus qu'évident que cela sera l'une des premières mesures qu'il mettra en place.

Pensez-vous comme le pense Dominique de Villepin, que les emplois ne doivent jamais être attribués en fonction de l'origine ethnique ou raciale ou pensez-vous, comme Nicolas Sarkozy, que des places devront être réservées pour les gens des minorités, au détriment, comme c'est très souvent le cas aux Etats-Unis, des personnes de couleur blanche?

Ne pensez-vous pas que cette politique qu'a également vigoureusement combattu Michèle Alliot-Marie, risque d'augmenter les tensions sur notre territoire entre les classes populaires de souche et celles des minorités?

Pensez-vous que l'on puisse aujourd'hui se permettre, en France, de faire augmenter ces tensions intercommunautaires? Ne pensez-vous pas que si les couches populaires de souche sont lésées cela créera de graves perturbations dans notre pays?

Par conséquent, trouvez-vous donc sage que nous élisions des personnes qui ont en tête des mesures politiques qui vont plus que probablement perturber dangeureusement notre société?

A ceux qui veulent m'apporter la démonstration que ces politiques, droit de vote des étrangers et discrimination positive, n'ont aucune chance d'introduire de graves perturbations dans notre pays, je suis très réceptive aux arguments qu'il voudront bien nous apporter. Merci par avance.

Écrit par : samira | 23/03/2007

Samira,

Concernant la discrimination positive je laisse le soin à JC d'exprimer ma position:

le président Jacques Chirac fustige une nouvelle fois la "discrimination positive", chère à Nicolas Sarkozy, le prétendant UMP à sa succession.
"Dans notre République, aucune discrimination n'est tolérable, même présentée comme 'positive'", écrit le chef de l'Etat dans la préface de "Mon combat pour la France", dont Le Monde publie des extraits dans son édition datée de jeudi 22.
"Pour garantir l'unité et la cohésion nationales, je me suis (...) élevé avec force contre toutes les formes de communautarisme, c'est-à-dire la volonté de soumettre à des régimes particuliers certaines catégories de citoyens, en raison de leur origine ou de leur religion", affirme Jacques Chirac.

"Concept pernicieux"

"Nous devons nous garder de ce concept pernicieux que certains voudraient à toute force importer en France au moment même où les pays qui en ont fait l'expérience en constatent amèrement les dérives", prévient-il.
"Il est profondément contraire à la tradition républicaine (...) Depuis la Révolution, chaque Française et chaque Français est un citoyen à part entière, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs", rappelle Jacques Chirac. "Peu importe leur couleur de peau, peu importe leur origine, peu importe leur croyance: tous les enfants de France, tous nos enfants, sont les filles et les fils de la République".

Concernant le droit de vote des étrangers, voter est un acte de citoyenneté et on ne peut être citoyen d'un pays sans en avoir la nationalité.
Bien qu'étant très attachée aux Pays-Bas, je n'imagine pas y voter!

Écrit par : Betty | 23/03/2007

Le changement de Sarkozy ne serait que de la confiture au dessus de la tartine grillée .



Sarkozy "off" et la réalité maquillée
"Personne n’est là pour m’accueillir. Toute cette direction il faut la virer. Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ça ne va pas tarder". Tels sont les propos menaçants que Nicolas Sarkozy a tenu envers la direction de France 3 dans les couloirs du siège de France Télévisions le 18 mars (source: Le Canard enchaîné.

Il paraîtrait que le candidat de l’UMP aurait "changé". Il paraîtrait qu’il serait devenu calme, cool, zen. Il paraîtrait qu’il aurait appris à dominer son agressivité, à maîtriser son impulsivité, à contrôler son tempérament coléreux. C’est en tout cas l’image qu’il tente de donner de lui-même lors de ses prestations audiovisuelles. Bon acteur, il parvient assez bien et la plupart du temps à donner le change.

En fait, cette image rassurante ne correspond à aucune réalité. Nicolas Sarkozy n’a pas changé. Evidemment, cela ne se voit pas à la télé. Normal, puisque ce média fonctionne avant tout sur l’image ?

Imaginez qu’un cameraman ait filmé ce qui s’est passé dans les locaux de France 3 le 18 mars à 19h30, peu avant le début de France Europe Express, l’émission animée par Christine Ockrent, dont l’invité est le candidat de l’UMP. Imaginez qu’en un geste inouï de courage et de déontologie journalistique et citoyenne, la rédaction de cette chaîne aie décidé de programmer ce reportage brut de décoffrage juste après l’émission.

Voilà ce que vous auriez vu en "off" : Nicolas Sarkozy entre dans le hall d’accueil au pas de charge, hyper speedé, l’air renfrogné, entouré d’un tas de gorilles qui le dépassent de deux têtes, de sa cour de conseillers toute en courbettes et de sa maquilleuse attitrée. Il est accueilli par des journalistes qui l’accompagnent jusqu’à la loge de maquillage, dont les fauteuils sont déjà tous occupés par les autres invités de l’émission (Laurence Parisot, présidente du Medef, Martin Hirsch, président d’Emmaüs France et Julie Coudry, présidente de la Confédération étudiante) en pleine séance de poudrage antisueur. On lui demande donc de patienter.

Patienter, lui ? Pas question. Il pique aussitôt une de ses colères coutumières et hurle : "Je ne veux pas attendre plus longtemps, je veux me faire maquiller tout de suite". Essayant de le calmer, les journalistes lui expliquent qu’il doit attendre son tour vu qu’il n’y a pas d’autre loge de maquillage. Nouveaux hurlements d’un Sarkozy déchaîné : "Mais enfin, il n’y a personne pour m’accueillir. La direction n’est pas là ? Ce n’est pas normal. Qu’est-ce qu’ils font ? Qui suis-je pour être traité ainsi ?"




C’est vrai, quoi. Ce n’est pas n’importe qui. C’est Sa Majesté Nicolas Sarkozy, le grand homme (sic) avec lequel tout devient possible. A-t-il un instant pensé à envoyer ses gorilles déloger brutalement l’un des invités pour prendre sa place ? La caméra ne le montre pas. Par contre, elle zoome sur le candidat de l’UMP. On le voit faire un signe de la main autoritaire en direction de ses gorilles et de Franck Louvrier, son conseiller en communication en nage et tétanisé. "Franck, on s’en va", lui dit-il d’un ton sec et énervé. Il se dirige vers la sortie. Tétanisés eux aussi, les journalistes téléphonent à Christine Ockrent qui prépare son émission sur le plateau et la supplient de venir. Elle refuse et leur répond que Sarkozy "fait sa diva".

Furieux, escorté de ses gorilles et conseillers, Sarkozy est déjà dans les couloirs, se dirige vers la sortie et pète un câble : c’est alors qu’il prononce les phrases qui débutent cet article. Du coup, Ockrent radine à toute vitesse pour essayer de calmer l’homme qui a "changé" et l’accompagne, toujours fulminant, dans une loge de maquillage de France 2 où sa maquilleuse personnelle le talque tandis qu’il s’empiffre de petits fours initialement destinés à Marie-George Buffet, invitée d’une autre émission ce soir-là. Apparemment ça le calme puisqu’à 23h15, quand commence France Europe Express, il est cool, zen, poudré et souriant. Un beau rôle de composition de cabotin.

Mais il n’y a pas eu de caméra cachée pour filmer tout ça. Dommage pour les citoyens que nous sommes...

Ce genre d’anecdotes révélatrices du personnage, il y en a chaque semaine dans le Canard enchaîné, qui n’est pas qu’un "hebdomadaire satirique", comme on dit, mais surtout un journal extrêmement bien informé et qui ne fait de cadeau à aucun homme politique. Avant et après ses prestations médiatiques, Sarkozy pète quasi systématiquement les plombs et entre dans des fureurs noires pour un oui ou pour un non. On sait qu’il a déjà usé et abusé de son pouvoir de ministre de l’Intérieur pour faire interdire un livre sur sa femme Cécilia, pour faire vider le directeur de la rédaction de Paris Match à cause d’une couverture qui lui avait déplu. A présent, à cause d’une banale affaire d’attente dans une loge de maquillage, il menace de virer l’équipe de direction d’une chaîne de télévision publique pour la remplacer par des hommes à sa botte dès qu’il sera élu.

Si Nicolas Sarkozy devient président de la République, il est clair que la liberté d’information sera en danger. C’est très grave.

En tout cas il n’a pas "changé". En "off" (c’est-à-dire en réalité) il est toujours aussi coléreux, impulsif, agité, agressif et irréfléchi. Ce n’est pas vraiment ce genre de "qualités" qu’on attend d’un homme qui aspire à la plus haute fonction à la tête de l’Etat. Il faut une certaine maîtrise de soi pour diriger un pays et par conséquent être susceptible d’avoir à gérer de graves crises qui demandent d’autres réactions que des crises de nerfs.

Ecrit par : EA | 23.03.2007

Écrit par : louis | 24/03/2007

C'était dans le journal le Monde d'hier:

"Et Dominique de Villepin vote Beckett. En inaugurant le Salon du livre, jeudi, le premier ministre est d'humeur badine. Il s'attarde au milieu des livres d'enfants, en attrape un - Le loup est revenu - et le brandit devant les photographes : "C'est vrai, je vous le confirme !" Un livre de Samuel Beckett retient un peu plus loin son attention. A voix haute, il lit la quatrième de couverture : "Essayer encore. Rater encore. Rater mieux." On ne saura pas à qui il pense."

Il commence à peut-être à aller mieux notre magestueux aigle! Gardons espoir, il se relèvera et reviendra pour la France et les Français et surtout courage, ne l'oublions pas notre vote sera des plus utiles dès le premier tour, pour permettre à la vie politique française d'enfin s'oxygéner...

Plus que jamais, chers compagnons, le vote utile dès le premier tour, sera essentiel pour préserver ce qu'il reste de la vie démocratique dans notre pays!!!!

Écrit par : samira | 25/03/2007

Bien sûr c'était "notre majestueux aigle" que je devais écrire. Sur cette écorche de la magnifique langue française, je vous souhaite à tous un très bon dimanche!

Écrit par : samira | 25/03/2007

Une petite bouffée d'air frais dominicale pour tous les gaullo-chiraco-villepinistes et sarko-incompatibles : un site recommandé par "le Point" et comme seul instrument de sondage à ne jamais s'être trompé, soit
www.votez2007.com
Vous allez être très très agréablement surpris.
Et bonne poule au pot !
Mathilde

Écrit par : mathilde | 25/03/2007

Mathilde,

Une bonne lecture en vaut une autre...


Gaullisme et Démocratie

Gaullistes donc pas sarkozystes

Présentation
gaullisme.et.democratie
Pseudo: Gaullisme et Démocratie
Catégorie: Politique
Description:
Blog gaulliste refusant la bipolarisation de la vie politique.

Articles récents
Gaullisme et Démocratie Chrétienne
Bayrou, le seul vote crédible !
Il ne sera jamais notre candidat !!!
Gouvernement d'union nationale ?

Vendredi 16 Mars 2007
"Bayrou, le seul vote crédible !
Nous connaissons désormé le nom des candidats qui seront présents au 1er tour de l'élection présidentielle. Aucun gaulliste ne sera en course, nous devons donc regarder quel candidat se rapproche le plus de notre vision de la société.
Nous constatons malheureusement l'amplification de la bipolarisation de la vie politique entre d'un côté une gauche qui reste ancrée vers un socialisme qui est aujourd'hui en dehors des réalités économiques et sociales et de l'autre une droite qui s'affirme de plus en plus libérale et conservatrice et qui rompt avec la tradition gaullienne.
Entre ces deux fractions, une autre voie se dessine celle d'un rassemblement de toutes les compétences et bonnes volontés de notre pays.

Comme l'affirme un sondage récent, les français sont favorables à 71 % à un gouvernement d'union nationale composée de gens de droite, de gauche et du centre. Nous ne pouvons que constater qu'il n'y a actuellement qu'une seule personne favorable à une telle entreprise de salut public, François Bayrou.

C'est un fait:
-Comme nous François Bayrou refuse cette bipolarisation qui ne peut que nuire aux intérêts de la France et des français.
-Comme nous François Bayrou refuse à la fois les dogmes, socialisme comme libéralisme.
-Comme nous François Bayrou rejette à la fois le dirigisme qui ne dirige rien et le libéralisme qui ne libére personne.
-Comme nous François Bayrou est républicain et refuse donc naturellement tout communautarisme, toute discrimination ou réforme de la loi sur la laïcité.
-Comme nous François Bayrou refuse le tutorat américain.
-Comme nous François Bayrou refuse l'entrée de la Turquie dans l'UE.
-Comme nous François Bayrou est attaché à un service public de qualité.
-Comme nous François Bayrou est démocrate et respecte donc les choix du peuple français.
-Comme nous François Bayrou pense que seul un gouvernement d'union nationale peut relever le pays.
-Comme nous François Bayrou souhaite préserver le modèle social français.

A cela nous constatons que François Bayrou est le seul à avoir un programme économique et social sencé et sérieux, programme d'une personne qui garde les pieds sur terre contrairement à 2 autres prétendants qui rivalisent de promesses démagogiques dont la France n'a pas les possibilités à réaliser au vu de l'état catastrophique de nos finances.

Toutes ces raisons nous poussent donc à faire le choix de la candidature Bayrou qui est la seule possible pour défendre la démocratie dans notre pays, une démocratie baffouée par les agissements de certains candidats qui ont décidé de choisir qui sera ou non candidat.

Bien évidemment nous avons quelques divergences de point de vu avec François Bayrou, essentiellement sur la façon de construire l'Europe, mais celui ci s'est engagé à consulter les français sur cette question contrairement à Nicolas Sarkozy qui souhaite, quant à lui, revenir sur le vote des français notamment en soumettant un traité calqué sur le TCE directement au parlement. Nicolas Sarkozy compte également transformer la république gaullienne en république américaine où le président serait responsable devant le parlement et ne disposerait plus des domaines qui lui étaient réservés tel que la défense et les affaires étrangères.

Contre le risque de voir la France, une fois de plus, dirigée par une fraction. Contre le retour au pouvoir du socialo-communisme ou l'arrivé au pouvoir du libéralisme atlantiste, le vote Bayrou s'impose.

Gaullisme et Démocratie appelle donc à voter le 22 avril pour François Bayrou, le candidat des démocrates."

Propos
"La France, c’est tout à la fois, c’est tous les Français. C’est pas la gauche, la France ! C’est pas la droite, la France ! Naturellement, les Français comme de tout temps, ressentent en eux des courants. ...Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, cela c’est une erreur nationale impardonnable."
Charles de Gaulle, 15/12/1965

"Le gaullisme ce n'est pas la main mise sur l'état d'un clan ou bien encore d'un groupe de technocrates conservateurs, c'est un vaste rassemblement"
Jacques Chaban-Delmas, présidentielle 1974

"Des hommes et des femmes appartenant à des familles politiques différentes attendent que nous leur fassions signe. Ce signe ne tardera pas, et nous verrons alors où est le véritable parti du centre, d'un centre qui ne sera pas le marais où on prétend nous faire patauger"
Roger Frey, 28/02/1965

"Nous refusons tout autant le programme démagogique de la gauche socialo-communiste que les solutions de la droite conservatrice, orthodoxe, classique, avec laquelle nous sommes pour l'instant associés dans la majorité"
Jacques Chirac, discours de Metz, 20/10/1977


"Pour me faire élire jamais je ne crierai >, avec vous je crierai >.
Pour me faire élire jamais je ne crierai >, >, >, avec vous je crierai >.
Pour me faire élire jamais je ne crierai >, >, >, >, > ou > avec vous je crierai , >, >"
"Il n'y a pas un peuple de droite et un peuple de gauche, il y a un peuple français solidaire devant son destin"
Michel Debré, présidentielle 1981

Écrit par : Betty | 25/03/2007

Merci Betty....et petite question à la Corse que vous êtes : comment se fait-il que la Corse soit aussi absente des débats ?
N'y a-t-il pas de projet pour la Corse ?
Elle est la seule région avec l'Alsace à être restée à droite...par accident !
Si l'Alsace est restée à droite, c'est tout bêtement parce qu'elle est de centre droit, et le ralliement artificiel à l'UMP n'a fait de l'Alsace des sarkozistes nouveaux.
Les législatives devraient remettre de l'ordre en recadrant au centre.
Comment se fait-il que les politiques soient aussi enferrés dans leurs tuyaux, droit & gauche (pour ne pas citer les extrêmes) ?
Comment se fait-il que les politiques aient une vision aussi courte et étroite de ce que veulent les électeurs majoritaires ?
Pourquoi les politiques sont-ils incapables de faire des mariages de raison, et préfèrent toujours les mariages forcés et contre-nature ?
Pourquoi nos poltiques font de la politique une carrière, et non un parcours temporaire dans une vie professionnelle, comme dans les pays démocratiques anglo-saxons, germaniques et scandinaves ?
Cela leur éviterait d'être à ce point à côté de leurs pompes !!!

Mathilde

Écrit par : mathilde | 25/03/2007

Eh bien Mathilde, il faut croire que malheureusement la Corse embarrasse plutôt qu'elle n'interesse.

Écrit par : Betty | 25/03/2007

Je crois en effet Betty que la solution et développement de la Corse viendra directement de l'Europe.
Cette campagne est faite de platitude, et les véritables enjeux, problèmes, sont très adroitement évités.
La Corse, au-delà de ses problèmes d'ordre mafieux, est et devrait déjà être la région pilote et phare de l'environnement.
Comment se fait-il qu'aucun des candidats n'ait un projet de développent des technologies écologiques, telle Sophia-Antipolis ?
On ne peut pas dire qu'il n'y a pas le feu pourtant !
La Corse peut dans ce domaine devenir une région phare comme l'Irlande !
De quoi a-t-on peur dans ce pays ?
De réussir ?
Comment se fait-il que l'Alsace soit la première région de l'énergie solaire, alors que nous sommes une région au climat continental ?
Il est plus que temps que les lobbys ne dirigent plus le pouvoir en le muselant, et empêchant ainsi que les brevets soient exploités au-lieu d'être achetés par eux afin de mieux moisir dans des cartons.

Mathilde

Écrit par : mathilde | 25/03/2007

Les commentaires sont fermés.