Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2007

La vérité sur les indemnités des anciens députés

medium_AN.JPGDepuis quelques temps, vous êtes nombreux à vous interroger sur l’Allocation d’Aide au Retour à l’Emploi (AARE) car de nombreuses informations volontairement ou pas inexactes circulent dans l’opinion et alimentent l’antiparlementarisme.

Il est de mon devoir de vous détailler les grandes caractéristiques de ce mécanisme d’aide au retour à l’emploi des anciens députés.

Il s’agit d’un dispositif différentiel à destination des députés qui ont perdu leur emploi suite à leur élection et qui ne peuvent en retrouver un à l’issue de leur mandat. Ils n’ont bien sur pas droit aux ASSEDIC.

Le plus grand nombre des députés n’y ont donc pas droit ! Seulement 79 députés en ont bénéficiés en 2002 sur les 232 députés non réélus ou ne se représentant pas. En 2004, ils n’étaient plus que 11.

Financé par l’ensemble des 577 députés pendant la législature par prélèvement, ce dispositif présentait un solde positif en 2006 de 1 504 000 euros pour non-utilisation faute de députés éligibles à cette allocation.

Cette indemnité représente 100 % du salaire pour les 6 premiers mois moins tous les revenus perçus par le député (indemnité de maire, conseiller général ou régional et autres revenus). Ensuite, elle est dégressive et devient 70 % au second semestre toujours amputée des autres revenus éventuels. Elle baisse de 10 % par semestre et de 5 % pour les 6 derniers semestres toujours amputée des revenus éventuels.

Ce dispositif a pour objectif d’éviter que les députés non réélus et issus du secteur privé ne se retrouvent dépourvus de ressources à l’issue de leur mandat puisqu’ils ne peuvent prétendre à l’aide au chômage, alors que les élus issus de la fonction publique ou de grandes entreprises sont assurés de retrouver leur emploi et leur fonction.

MAJ :

L'allocation d'aide au retour à l'emploi (AARE), est un dispositif spécifique d'assurance chômage à l'instar de ce qui existe pour les salariés du secteur privé, les députés ne relevant pas, en effet, du régime des Assedic.

Ce dispositif d'allocation comporte cinq caractéristiques :

  • Cette allocation peut être versée aux députés non réélus à la recherche d’un emploi, ce qui exclut les fonctionnaires et tous ceux qui ont retrouvé un emploi. De plus, ne peuvent en bénéficier que les personnes âgées de moins de 60 ans.

  • La durée de versement est limitée à 6 semestres (3 ans) au maximum.

  • L’allocation est dégressive : montant maximum égal à 100 % de l’indemnité parlementaire le 1er semestre (5.514,68 euros), puis 70 % (3.860,28 euros) le 2ème semestre, 50 % (2.757,34 euros) le 3ème semestre, 40 % (2.205,87 euros) le 4ème semestre, 30 % (1.654,40 euros) le 5ème semestre et 20 % (1.102,94 euros) le 6ème semestre.

  • L’allocation est différentielle : sont déduits de son montant tous les revenus que peut percevoir l’ancien député (mandats locaux, revenus du patrimoine, etc.).

  • L’allocation est financée uniquement par les cotisations versées chaque mois par les députés en exercice (27,57 euros), donc sans recours à un financement public.

L’allocation servie aux députés est en outre moins avantageuse que celle versée aux cadres chômeurs, puisqu’elle est dégressive et différentielle.

À la suite des élections de juin 2007, une trentaine d’anciens députés ont bénéficié du dispositif durant le 1er semestre d’application du régime, à l’issue des élections de juin 2007 (de juillet à décembre 2007) ; 15 en ont bénéficié durant le 2ème semestre (de janvier à juin 2008) ; 9 durant le 3ème semestre (de juillet à décembre 2008) ; 4 durant le 4ème semestre (de janvier à juin 2009) ; 2 durant le 5ème semestre (de juillet à décembre 2009) et plus aucun député n'en bénéficiait au 1er juillet 2010.


Commentaires

Monsieur le député,

C'est parce que cela va si mal à l'UMP de SARKOSY que vous nous parlez de cette mesure ?

J'espère qu'en tant que fidèle à l'action du Premier Ministre vous n'avez pas à patir de cela.

Les temps sont dure à la loyauté ... pourrions nous écrire.

Désolé nous ne voterons pas pour SARKOSY, mais nous vous souhaitons la réussite de votre élection. Peut-être faudrait-il refonder l'UMP en autre chose qui sait ?

Écrit par : PHG | 28/03/2007

Si j'avais un seul conseil à donner à vos électeurs, cher Jean-Pierre Grand, c'est de voter pour vous et de vous réélire, car vous avez été admirable de loyauté et votre attachement à défendre nos valeurs républicaines vous honore. Vous êtes un homme de grand courage.

Par ces temps troublés que nous traversons et qui j'espère ne dureront plus trop longtemps, les Français doivent se rendre compte qu'il est capital pour sauvegarder l'esprit de notre démocratie mais aussi des éléments essentiels de ce qui fait l'identité de la France, de garder dans notre classe politique des hommes de votre qualité.

Écrit par : samira | 28/03/2007

ce n'est pas choquant mais du salaire des ministres aux capacités de contrôle des députés il reste beaucoup à faire pour que la république française ne soit plus un régime bananier...vive la VIème rép!

Écrit par : nicolas | 29/03/2007

A Nicolas, comme pour les Députés, l'Histoire de l'augmentation du salaire des Ministres n'est pas celle que l'on raconte, pas du tout.
Pour qu'il y ait une totale transparence et une fiscalisation de l'ensemble de ce que pecevait avant les Ministres, il a été décidé par l'actuelle majorité de ne plus verser aux ministres et membres de cabinet des primes en espèces, mais de les inclure dans leur feuille de salaire. Ce n'est pas une augmentation,c'est une réintégration et donc une fiscalisation. Cela la gauche ne l'avait pas réalisé. JPG

Écrit par : jpg | 29/03/2007

Vivement la recomposition de notre classe politique. Elle est urgente. Lorsque l'on voit la manière dont sont exploités les heurts de la gare du nord, on se dit que c'est même une urgence de salut public. Seul Bayrou ne tombre pas dans la surenchère. Il est essentiel qu'il permette au peuple français d'enfin "reprendre le pouvoir" qui leur a été confisqué depuis 25 ans. "Français, reprenez le pouvoir" c'est le titre du dernier livre de NDA et il sonne plus que juste aujourd'hui!

J'ai trouvé sur le site de "Courage république" l'article qui suit. Je le soumets à votre appréciation et surtout à votre réflexion. Nous sommes la risée du monde entier, et il n'y a pas qu'au Maroc, car le constat qui suit est aussi celui qui a déjà été publié dans des journaux d'autres pays. On se moque partout dans le monde de l'affiche des candidats que la France propose aux Français. Excusez-moi, pour être exacte je devrais dire: que les partis bolchéviques de France ont imposé aux Français. François Bayrou doit libérer le peuple français de ceux qui l'ont privé de sa liberté de choix.

Voici l'article du quotidien Aujourd'hui le Maroc:

"On ne voit pas qui a intérêt à monter de nouveaux incidents communautaires en France avant les élections présidentielles? Les plus vieux d'entre-nous qui ont tâté par le passé d'un peu de rhétorique gauchiste penseraient immédiatement à une provocation policière. Le schéma —assez typique —des évènements de la Gare du Nord est un peu grossier, s'il n'est pas totalement imbécile. Voilà des jeunes qui, à cause d'un événement futile, attaquent en masse des policiers qui, en retour, se déchaînent contre eux sans mesure et sans discernement. À qui profite cette hystérie? Elle va faire tomber combien de voix et dans quelle escarcelle ? C'est plus que suspect. Et ce n'est pas cela qui va donner du relief à un débat électoral assez plat. Les Français, au lieu de s'offrir une superproduction présidentielle avec un Jospin, un Villepin ou un Juppé, ils s'offrent un lamentable film de série B. Parfois, de sous nos palmiers, on se dit que la République vaut mieux que cela. Parfois, mais pas tout le temps…"

Le 29-3-2007
Par : Khalil HACHIMI IDRISSI

Écrit par : samira | 29/03/2007

Dans le dernier numéro de "Charlie hebdo", en vente jusqu'à demain, l'article "Sarkosy
fait se marrer les Hongrois" nous apprend de bien belles choses sur notre petit grand homme que le monde entier nous envie.

Lancés dans une grande enquête d'investigation, les journalistes de ce
prestigieux hebdomadaire sont allés voir les ressortissants Hongrois vivant dans notre beau pays afin de trouver la réponse à cette épineuse question : que signifie "Sarkosy", notre héros étant, comme chacun sait, d'origine magyare. Eh bien, la réponse n'est pas piquée des hannetons.

On apprend d'abord que son nom se prononce "char-kö-sy" en hongrois et
signifie littéralement "dans la boue". Il proviendrait de la ville hongroise de Sarköse, bâtie effectivement sur des marécages, le "y" final indiquant une origine noble (son nom complet est en fait Sarkosy (de) Nagy-Bocsa). Si son papa n'avait pas quitté la Hongrie en 1946 ou 1947 lors de
l'instauration du régime communiste, notre phare de la pensée serait peut-être aujourd'hui un hobereau Hongrois vivant confortablement des revenus de son domaine. Dès lors, on comprend mieux qu'il ne soit que
modérément gauchiste, sauf quand il s'agit de faire référence à Jaurès et Blum dans le vain espoir de grapiller quelques voix à gauche...

Mais ce qui fait le plus marrer les Hongrois interrogés, c'est la prononciation de son nom à la française : "Sar-ko-sy". En effet, le phonème "Sar" signifie "merde" en hongrois(qui s'écrit en fait "szar").
Et l'on apprend que "Sarkosy", prononcé à la française, signifie littéralement "dans la merde" en hongrois...
Véridique !

De là à dire que si notre idole accède à la magistrature suprême le 6 mai prochain, ce seront quelques millions de personnes, Français et étrangers, qui seront "sarkosy" jusqu'au cou.

Écrit par : Charlie H | 29/03/2007

Dominique de Villepin

L' homme que nous n'avons pas su mériter.
L'homme qui voulait nous faire grandir !

La politique et les politiques me déçoivent plus que jamais. Normal que j'aimais l'homme Villepin : il ne sortait pas du moule.

C'est sans grand élan que je vais voter BAYROU, et dans l'unique espoir que SARKO & SEGO soient battus.
BAYROU c'est le laboureur qui saura réformer sans révolution fracassante , ni fractures.
VILLEPIN était trop bien pour nous, et nos politiques de l'UMP des crétins.
Il a raison D2V de se tourner vers un choix de vie plus enrichissant que les basses manoeuvres de la SARKO Connection.
Je lui souhaite bon vent.
Et à SARKO, de forts vents contraires.
Moi, je choisi l'Europe sur l'autre rive du Rhin & Dubaï (et la Corse à mi-temps).
Je préfère être une citoyenne du monde, soucieuse de ceux qui auraient des raisons de se plaindre, mais qui sourient, et vivre avec mon époque.
Les Français englués dans leurs petites misères et perfidies ne croient pas que le monde peut et tourne sans eux.
Ils apprendront à courir après l'histoire, et subiront la décroissance au-lieu de la choisir par la maitrise d'un choix de société.

En conclusion, l'article du Figaro.

Le premier ministre a profité de sa dernière conférence de presse pour défendre son bilan.


TOUJOURS vivant ! Dominique de Villepin n'a pas cédé à la tentation du testament politique au moment de tenir, hier, sa vingtième et ultime conférence de presse mensuelle. Entouré de douze ministres et devant de nombreux journalistes, le premier ministre a tiré sa révérence. À sa façon. « Sans regret, ni amertume », a-t-il souligné, mais avec toujours la volonté d'affirmer sa différence avec... Nicolas Sarkozy. Fidèle à son tempérament, le chef du gouvernement n'a donc rien lâché.


Après avoir rapidement fait son propre bilan (« Je crois avoir laissé la France dans un meilleur état que celui que j'ai trouvé »), il a défendu sa méthode de gouvernement. Puis s'est attaché à livrer quelques conseils à son successeur. Des conseils qui s'adressaient, en réalité, directement au candidat de sa « famille politique » dont il a prononcé une seule fois le nom. Il a insisté fortement sur le risque de « division et de fracture » du pays. Interrogé sur la proposition du candidat UMP de créer un « ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale », Villepin a pris ses distances et préconisé une « agence de l'Immigration ». Sur les risques d'une crise en banlieue pendant les élections, il a estimé qu'il fallait « jeter des ponts » avec les quartiers. Sous-entendu : Sarkozy devrait aller en banlieue.


La tentation de Harvard


Globalement, Villepin aura apporté une contribution a minima à la campagne de son rival. Officiellement il soutient, mais point trop n'en faut. Le verra-t-on auprès du candidat d'ici au premier tour ? « La chose est prévue », bredouille le premier ministre avec un évident dédain face à cette perspective. On ne le verra pas plus dans un meeting. Que pense-t-il du ralliement de ses ministres à la candi­dature de François Bayrou ? « Un gouvernement, ce n'est pas une caserne », glisse-t-il, tout en rappelant que le président de l'UDF avait voté la censure de son gouvernement.


Mais, au fond, ce petit jeu politique ne semble plus l'amuser. Villepin a tourné la page : « Ma mission s'achève, c'est la vie. » Il a, d'ailleurs, tenu à révéler qu'au moment de sa nomination, à Matignon, Jacques Chirac lui avait dit : « Mon cher Dominique, dans ce cas-là, vous ne serez pas président de la Rép... » Se rendant compte de son lapsus, Villepin se reprend : « Vous ne serez pas candidat à la présidence de la République. »


Et maintenant ? Villepin ne se voit pas en candidat aux législatives : « On ne se refait pas. » Pas question de se renier. Peut-il être un recours après mai 2007 ? « J'ai toujours admiré à quel point les étagères étaient pleines de recours », lâche-t-il dans une allusion à Alain Juppé avec lequel il entretient de mauvais rapports depuis 2005. Non, sa tentation, c'est celle de Harvard. « Oui, j'enseignerai aux États-Unis, en Chine, au Moyen-Orient, en Afrique », dit-il tout en explorant « d'autres pistes ». Car Villepin, qui n'est pas un « homme de demi-mesure », prépare sa « troisième vie ». Après la diplomatie et la politique, il se voit plutôt dans l'enseignement et la littérature. Deux de ses passions. Écrit-il sur son expérience à Matignon ? « Non, je suis pudique. J'écris sur des choses qui me font du bien, qui me passionnent, qui me grandissent. »


Mathilde

Écrit par : mathilde | 04/04/2007

Moi aussi j'ai suivi la DER.
J'ai trouvé DDV plus grand que jamais, incisif, libéré jusqu'à marquer haut et fort ses différences, sa différence.
Nous allons devoir nous passer de cet homme de mission!
Et nous allons devoir vivre avec ce vide!
Comment le combler?
Je n'ai toujours pas de réponse à cette question.
Comme vous tous sans doute je n'ai pas été épargnée par les aléas de la vie, mais vivre politiquement sans Chirac et Villepin m'est presque insupportable!
A côté d'eux les autres, tous les autres, sont fades et insipides!
Juppé, MAM,JPR : plus jamais!
Bayrou? DDV nous a rappelé qu'il avait voté la censure. Certes mais il ne lui a pas fait d'enfant dans le dos.
(-De la démagogie aussi lorsque FB aborde les indemnités des députés qui seront battus et fort heureusement les explications de JPG rectifient le tir!
Il est juste que les députés qui viennent du secteur privé soient aidés financièrement d'autant plus qu'il s'agit d'un auto-financement.
Ceux qui ne viennent pas du secteur public ou libéral doivent pouvoir vivre dignement à l'issue de leur mandat.-)
En divisant pour mieux régner NS n'a t-il pas fait pire que voter la censure? Oh que oui!
Et même si une partie du pg du candidat de l'UMP correspond à mes attentes jamais je ne lui pardonnerai de nous avoir privé de DDV.

Alors peut être n'avons pas su lui dire assez fort combien nous voulions qu'il soit notre candidat mais je préfère penser que le moment n'était pas venu car ce moment n'en doutons pas viendra.
Même s'il dit ne pas en avoir , il nous laisse avec nos regrets et notre amertume.

Puisse la droite se refonder derrière DDV et fassent les circonstances qu'il soit notre recours.

J'ai plus que jamis besoin d'y croire!


.

Écrit par : Betty | 04/04/2007

Qu'apprends-je, grands dieux! Non seulement on villipende les élus de la France, on frappe du sceau de l'infâmie, et bientôt d'ostracisme, un homme d'état de la stature de Dominique de Villepin(ce n'est jamais sans trembler que j'écris le nom de l'illustre politicien que nous ne méritons pas, hélas) mais, sous votre plume pourtant inattaquable, on peut lire que nos nobles députés ne sont pas elligibles aux ASSEDIC, eux qui font le sacrifice de leur vie familiale, de leur carrière prometteuse quand ce n'est pas de leur santé à un peuple ingrat qui s'engraisse, lui, de toutes ces indemnités honteuses et indues!

Chaque jour un peu plus, je désespère devant l'état de déliquescence de la patrie française, perclue de drapeaux rouges et d'envieux à la nationalité indéfinie dans lesquels je ne reconnais pas des compatriotes.Je n'en dirai pas plus afin de rester, comme toujours, dans les limites d'une éducation française dont je suis fier même si elle m'interdit de dénoncer comme il faudrait les intolérables dérives du communisme débridé dans lequel nous devons survivre.Reprenez vous bon sang!

Un citoyen dévoué

Écrit par : cyclomal | 04/04/2007

Mathide,

Vous aimez Dubai?

C'est justement de Dubai que je vous ecrit ce soir.

Il y avait ce matin dans Gulf News un article tres interessant, expliquant comment les banlieues et leurs nouveaux inscrits pouvaient faire perdre NS...

Écrit par : Republicain | 04/04/2007

Sabahlrer Républicain,
oui j'envisage de tracer ma prochane tranche de vie professionnelle à Dubaï et au Quatar.
Moi, si je m'arrête demain, pas d'indemnités, pas de parachutes, que du risque, que des coups à prendre, mais en contrepartie la liberté, la vraie.
Jamais la culture française n'a été aussi valorisée et rentable à l'export (sans se vendre), car les Emirats étaient tournés vers la GB et les USA, et grâce à Dominique de Villepin & Chirac, on y construit des minis Sorbonne, Louvre, Opéra, sans parler des marchés classiques.
Quand on réalise ce qui se passe en Asie, des Emirats à la Chine en passant par l'Inde, il est absolument cruel de réaliser combien NS a déjà nui à notre pays.
En GB, 15 % des créations d'entreprises sont le fait de leurs ressortissants d'origine indienne.
Quant en France on comprendra que les Français originaires de l'immigration sont une richesse en devenir, et non des tares ambulantes, les poules auront des dents !
C'est par avec NS & C° que l'on va inverser la vapeur.
Nous sommes les plus mauvais vendeurs au monde, mais nous avions avec Chirac, le meilleur VRP¨au monde. A lui tout seul, il réalisait plus, que tout les autres réunis.
OK Les problèmes intérieurs de la France devaient l'ennuyer profondément.

Républicain, si vous pouviez nous en dire un peu plus !!!

PS : Ils en sont à combien d'étages actuellement au "Burj Al Arab"?

Mathilde

Écrit par : mathilde | 04/04/2007

Eureka !!!

Oui, très interressant l'article de "Gulf News".
Je le mets ci-dessous.

Published: 04/04/2007 12:00 AM (UAE)

Ethnic vote may hold the key in French election too close to call
Reuters



Paris: Voter registrations have jumped in France's multi-ethnic suburbs and, with the election too close to call, ethnic voters may hold the key to the presidency.

Electoral lists have swollen in several suburbs hit by the 2005 riots, according to official figures, thanks in part to a voter registration drive by opponents of right-winger Nicolas Sarkozy.

The former interior minister's pledge to clean crime-ridden estates with a power hose and rid them of the "scum" poisoning life there stoked animosity towards him, especially in areas with a high ethnic minority population.

Polls show Sarkozy leads Socialist Segolene Royal and centrist Francois Bayrou ahead of the first round on April 22. The second round is on May 6.

"(Sarkozy) hasn't found the right language and many young people have registered to vote recently in the suburbs. There's a strong movement," said Francois Soudan, editor of the Jeune Afrique weekly that ordered the Ifop poll of 526 black voters.

Interior Ministry figures show voter lists up 8.5 per cent in the past year in Seine-Saint-Denis, epicentre of the 2005 riots, the worst in 40 years in France.

Patrick Lozes, head of the black pressure group CRAN, said France's 1.5 million voters of black African and North African Arab origin could decide the race.


Mathilde

Écrit par : mathilde | 04/04/2007

Bonsoir à tous,

Je suis désolée, mon message est long….

« Dominique de Villepin, l’homme que nous n’avons pas su mériter ». Je trouve que cela est très dur de dire cela des Français. Dominique de Villepin n’a pas accepté de se conformer à la règle qu’avait précisé celui que je regrette chaque jour car nous en aurions bien besoin, j’ai nommé l’illustre Charles de Gaulle. De Gaulle qui ne reculait devant rien ni personne. De Gaulle qui n’avait comme seule maitresse que la France (tiens tout comme Napoléon).

De Gaulle a voulu l’élection du président au suffrage universel, pour que ceux qui ont un projet politique le présente au peuple Français, qui est souverain, afin de recueillir sa bénédiction. Qu’aurait donc espéré Dominique de Villepin ? Être élu sans se présenter ? Nous le savons tous : s’il s’était présenté, le peuple français lui aurait dit la fierté de l’avoir comme Président de la France. C’est une évidence ! Pour des raisons que nous ignorons, il ne s’est pas présenté. Je continue à penser qu’il a vraisemblablement été empêché de le faire. Mais, je ne peux, parfois et même souvent encore, au lever du lit, ressentir une vive souffrance et regretter qu’il n’ait tout de même pas, dans un instant de folie (lui l’homme des missions et des passions), tenté de forcer son destin et celui de la France, en bravant « les interdictions ». Quitte à ce qu’il sacrifie sa vie politique, autant qu’il l’eût fait en tentant de sauver la France du péril qui la guette.

Je ne pense pas que nous devrions nous reprocher quoique ce soit, car Dominique de Villepin ne nous a tout simplement jamais rien demandé. Sait-il seulement que des Français étaient prêts à se lever pour l’accompagner dans son aventure ? Je ne le pense même pas. Il est resté trop accroché à J. Chirac. Ce n’est pas nous qui devons grandir, c’est Dominique de Villepin ! Il doit en effet apprendre à regarder autour de lui pour accepter de prendre enfin en compte l’attente et l’espoir qui se manifestent sur l’homme politique qu’il est. Aujourd’hui il refuse manifestement d’être un homme politique et semble préférer à nouveau privilégier son côté poète solitaire. Pourtant c’était sa force et sa richesse que de laisser les différents aspects de lui-même, vivre ensemble. S’il sacrifie l’un au profit de l’autre, il ne sera tout simplement jamais plus lui-même.

Il n’a cessé de dire pendant un an, aux Français « je n’ai pas d’ambition présidentielle » quand dans le même temps l’expression de son regard et la gestuelle de son corps disaient qu’au contraire ce désir et cette passion, il les avait chevillés au corps et à l’âme. Pourquoi a-t-il ainsi joué au chat et à la souris ? Ce n’était pas un jeu. Je n’ai jamais trouvé cela drôle. Je l’ai même souvent vécu comme un mensonge et un manque de respect envers tous ceux qui croyaient en lui et qui priaient chaque jour pour lui et pour la France. Cette affaire était très sérieuse. Il en allait de notre avenir, et il continue pour sauver son orgueil de nous dire qu’il savait qu’il n’irait pas. Même cette épreuve, et nous savons que s’en est une pour lui, il refuse de la partager. C’est montrer qu’il est un homme comme tous les autres, qui lui permettra de construire un solide lien affectif avec le peuple français, car les Français ne s’attachent guère à ceux qui paraissent détachés de tout, et atteint par pas grand-chose. Il ne s’agit pas de pleurer mais simplement de ne pas s’esseuler comme il le fait.

Qu’avons-nous actuellement comme rare signe de lui, à part qu’il soutient Sarkozy comme Chirac le fait. A savoir, que tout les opposent à Sarkozy. Nous ne sommes pas des enfants. Nous savons lire et écouter les propositions politiques. Ils ne font tous deux pas partie de la même famille de pensée politique que Sarkozy. Pourquoi nous prendre à ce point pour des enfants? C'est triste tout cela, et cela ne grandit pas la politique, à un moment où les Français ne font plus vraiment confiance aux hommes politiques.

Pour moi, voter Sarko ce serait trahir Villepin, et jamais je ne trahirai Villepin, car je me sens trop en phase avec la vision politique de Dominique de Villepin. Il y a aujourd'hui (en apparence seulement), deux personnes en Villepin: celle d’avant à laquelle j’étais et reste attachée, et l’autre, celle dont je me sens très très très éloignée. Mais je sais, au fond de moi, que mon vote le 22 avril (voir plus loin), sera conforme à celui, qu’accomplira dans le secret de l’isoloir, le Dominique de Villepin que j’aime et respecte. Mais tout le monde ne le sait pas, et je m’en rends compte autour de moi, alors j’aimerai que Dominique de Villepin nous laisse libres et cesse de nous torturer. Nous souffrons déjà assez du fait qu’il nous ait abandonné alors qu’il arrête son cirque!

Dans mon esprit un général n’abandonne pas ses troupes sur un champ de ruines et c’est pourtant ce que Dominique de Villepin fait. De plus en plus de gens qui étaient prêts à le rejoindre, s’ils avaient senti une quelconque volonté de sa part, de rester dans notre pays pour y poursuivre sa vie politique au service de la France après Matignon, se sentent aujourd’hui contraints, devant son comportement solitaire, de partir apporter leur contribution à d’autres Républicains. Car ils ont bien raison, le combat politique doit continuer. Dominique de Villepin semble prendre, en effet, un malin plaisir à nous dire qu’il va partir ailleurs. Alors, oui, si dans son esprit et dans son cœur, les Chinois, les Américains et les Orientaux sont dignes de lui et pas les Français, qu’il nous laisse l’oublier. Le temps qui passe, finit toujours par rendre, même les pires souffrances, supportables. Nous apprendrons à vivre sans lui car nous devons tout simplement continuer à vivre.

En tournant le dos aux Français, Dominique de Villepin pensera peut-être les punir de ne s’être pas levés pour le suivre alors qu’il ne leur avait fait aucun signe. Il se punit en réalité lui-même aussi, par la même occasion. Pour ne rien vous cacher j’ai toujours trouvé que Dominique de Villepin était trop exigent avec lui-même. Il ne s’autorise aucun échec ni défaillance. Cette épreuve le fera sans doute mûrir et grandir. Il apprendra peut-être à s’aimer et à se pardonner ; ce qu’il ne sait pas vraiment faire encore. S’il se trouve, il saura alors venir vers nous les Français, ce qu’il n’a pas su faire cette fois-ci. S’il ne se trouve jamais, alors n’ayons aucun regret, nous ne sommes pas responsables de ne pas pouvoir aider quelqu’un qui n’accepte pas l’aide des autres, et préfère s’en éloigner et même placer de la distance entre eux et lui. Son destin sera alors probablement très triste, car s’il part, les Français l’oublieront et il ne lui sera plus possible de revenir, s’il changeait un jour d’avis. C’est ainsi, et nous l’avons récemment vécu avec Juppé et Jospin. Un homme politique qui ne veut pas disparaître doit garder un ancrage dans la vie politique de son pays.

La France est actuellement très fragile et nous devons, de ce fait, la confier à celui qui la brusquera le moins. Mon choix est fait et je ne reviendrai pas dessus, c’est Bayrou, sûr et certain. J’ai lu son programme. Il s’y trouve de très bonnes mesures qui permettront à la France de peu à peu sortir de l’idéologie et de la bataille politicienne. Cet homme est un pragmatique. J’ai analysé aussi le cursus de certains qui l’entourent et oui, je me dis que cela vaut vraiment la peine, pour la France, de lui faire et de leur faire confiance. Sachons emprunter aux Américains une qualité que nous devrions cultiver bien davantage: faire confiance aux nouveaux. Ils sont neufs et non pas blasés. Ils bousculeront ceux qui sont là depuis tant d’années et que nous avons plus que marre de voir et d’entendre. Ceux qui ont été au pouvoir, ont participé à fragiliser encore bien davantage la France et qui osent venir à présent nous dire qu’ils sont les meilleurs : on croirait rêver.

Sachons nous redresser même si notre souffrance est encore vive. Sachons assumer nos responsabilités de citoyens. Ce n’est pas un jeu auquel nous sommes conviés, c’est de l’avenir de notre pays dont il s’agit!

Écrit par : samira | 04/04/2007

Samira,

Je vous l'avais dit, on ne peut pas faire le bonheur de qq'un contre sa volonté!
Plus nous nous posons de questions, moins nous trouvons de réponses.
Pourquoi nous torturer davantage?
Parce que derrière ces questions il y a l'avenir de la France.
Après tout peut-être manque t-il à DDV une Bernadette ou une Cécilia, au sens politique bien entendu.
Je ne vois pas DDV comme qq'un détaché de tout mais comme qq'un qui a bcp donné, très peu reçu , bcp souffert et qui a besoin de mettre les reverse pour être lui même et ne pas exister que par Chirac!

Nous sommes tous tellement troublés,désabusés, désorientés que nous nous cherchons un "ailleurs", un eldorado sachant pertinemment que nous le trouverons pas car nous ne pourrons pas échapper au 22 avril et au 6 mai.

Le 22 avril ce sera Bayrou et pour la première fois de ma vie je voterai sans passion, sans conviction. C'est sûr ce ne sera pas un acte de foi!

Écrit par : Betty | 05/04/2007

Chère Betty,

Je suis d'accord avec toute votre analyse. C'est vous qui aviez raison! Je ne préjuge donc plus de son avenir car il ne dépend à présent que de lui. De toute façon nous devrons faire notre vie avec ou sans lui.Le savoir c'est déjà s'obliger à avancer...

Je trouve également fort intéressant que vous releviez un autre point que j'avais ressenti il y a déjà fort longtemps, et c'est pour cela que je le trouvais aussi trop seul. Un dicton ne dit-il pas "derrière chaque grand homme, il y a une femme"? Chirac a eu Bernadette certes, mais il a surtout eu Marie-France Garraud. C'est cette dernière qui l'a porté et la poussé dans l'arêne du combat politique. Sans elle il aurait lâché prise très vite, dès le début, et si on lâche dès le début on n'a aucune chance d'avoir une suite. Il lui doit, bien plus qu'à Bernadette, d'avoir eu le culot de croire en lui-même et de rendre possible tout ce qui paraissait pourtant très loin et inaccessible! C'est cette rencontre qui aura probablement le plus attisé l'appétit politique de J. Chirac. Car pour gagner, il faut d'abord accepter de se battre et pour accepter de se battre, il faut sans l'ombre d'un doute, avoir un appétit non négligeable!

Écrit par : samira | 05/04/2007

Mathilde,

Vous voulez sans doute parler de Burj Dubaï. Ils en sont au 117ème étage...

J'étais aujourd'hui à Muscat (OMAN): "Oman Daily Observer" a lui aussi publié un article sur le vote des banlieues dans son édition d'hier, avec en prime une énorme photo de Bayrou!

Écrit par : Républicain | 05/04/2007

Chère Samira,

Effectivement, je l'avais oubliée la Marie-France!!!
Je l'écoute toujours avec bcp d'attention.
Elle a construit et façonné Chirac mais l'élève avait du talent, il a vite appris et a dépassé le maitre !
Bernadette a eu aussi un rôle prépondérant car elle a su accompagner la "bête" politique .
Quant à NS il faut dire que depuis que la dame de coeur est revenue dans son jeu il s'est comporté en conquérant, en vainqueur!
Comme vous le dites si bien "derrière chaque grand homme il y a une femme".
Au plaisir de vous lire...

Écrit par : Betty | 05/04/2007

Merci Républicain et bon séjour dans les Emirats. Oui c'était le Burj de Dubaï qui devra atteindre les 700 m de haut.

A Betty & Samira, croyez-vous que Madame Thatcher avait besoin d'être coachée par un
homme ? Ou encore Golda Meir ?
Avoir un compagnon ou compagne qui apporte un équilibre est un grand élément de stabilité, mais la pièce maîtresse fonctionnerait sans.
Yvonne de Gaulle était aimée de son époux, et lui apportait l'équilibre et un soutien sans faille, mais elle n'a certainement pas changée la face de la France au travers de son mari.
Que Nicolas Sarkozy ne soit pas au mieux sans Cécilia est surtout dû au fait que son ambition est nourrie pour partie dans le but de briller aux yeux de sa femme (même si elle subit plutôt cet état de choses), et de prouver à son père qu'il était devenu quelqu'un malgré son indifférence !
Chaque individu fonctionne à son énergie perso.
Quant à Dominique de Villepin, il a une épouse discrète certes, mais avec qui il vit une très belle histoire : lui n'ambitionnait pas depuis 25 années à la fonction suprême.
Elle était à sa portée. Les charognards ne l'ont pas loupé. Il n'a pas eu envie de s'abaisser à leurs basses manoeuvres.
Et puis il était trop seul dans un contexte politique pas encore dramatique !
Il n'avait pas la rage et l'ambition chevillée aux tripes comme Sarko.
Bayrou y rêvait, se rend compte que cela devient palpable, et est mieux armé pour monter au créneau, et gagner.
Plus cela va, et plus cela me plait.
Lui au moins, peut aller n'importe où sans se laisser intimider par les sifflets.
Avec lui, c'est du solide, et il n'y a pas de "COURAGE, FUYONS " !
Maintenant de là à être emballée, c'est une autre histoire....mais il faut faire avec ce que l'on a de moins mauvais.

Mathilde

Écrit par : mathilde | 05/04/2007

Mathilde,

Nous nous sommes mal comprises, je ne parlais pas de coaching !
Trop indépendante pour cela!
Sans doute trop romantique aussi!
Me définissant comme une femme "libre" bien dans ses escarpins et dans sa tête je n'ai eu besoin de personne pour avancer, toutes proportions gardées avec les personnages illustres que vous citez!
Mais nous sommes tous différents et certains ont besoin de "l'autre" pour se dépasser!
Mon propos était simplement de trouver des réponses à mes questions et toutes me traversent l'esprit..
Rien de plus et rien de moins!

Écrit par : Betty | 05/04/2007

Ce n'est pas être diminué que d'avoir besoin des autres. Aucun être n'arrive jamais tout seul. Ceux qui le pensent ont simplement parfois oublié de regarder avec reconnaissance et parfois tendresse tous ceux qui ont un jour croisé leur chemin et leur ont permis, d'une manière ou d'une autre, parfois sans même s'en apercevoir, de faire un pas de plus!

Écrit par : samira | 05/04/2007

Betty, vous êtes une vraie femme Corse (c'est un compliment) !
Je suis tout sauf une féministe, et je regrette qu'il n'y ait que si peu de femmes à des postes clés en politique.
S'il est très souvent juste que sans leur femme(s), beaucoup d'hommes politiques ne seraient pas ce qu'ils sont, je pense également à toutes ces femmes qui vivent et ont vécu dans l'ombre de leur mari, et en sont très souvent très très mal payées en retour. Dans les coups durs, on est toujours seul, seul face à soi, et c'est très rare que la soudure se fait dans le couple.
Les couples à la Tibéri sont des spécimens en voie de disparition.
C'est bien plus souvent l'inverse.
Cela n'est pas seulement propre au monde de la politique : on retrouve cela à tous les niveaux.
La femme très souvent se "sacrifie" pour son mari, l'homme...jamais, sauf très rare exception.
S'épauler, s'aider, Samira, c'est très bien, très beau, mais croyez-vous que le président Chirac avait dans maintes et maintes circonstances le luxe d'avoir des états d'âme, pouvait se confier, se faire aider.
Il y a des choix et des décisions que l'on ne peut prendre qu'entre soi et soi.
Dominique de Villepin a été blessé injustement et jusqu'à la limite du soutenable. Souvenez-vous du lynchage des médias, et des politiques.
C'était tellement injuste.
Je pense à Berregovoy : il avait une femme forte, une femme exceptionnelle, mais cela n'a pas suffi.
Villepin a flirté avec le non-retour, et s'il a décidé de faire un choix plus personnel, et qui préserve les siens, cela a été fait en connaissance de cause.
Dernière question ?
Ségolène : l'on a bien osé ricaner quant à qui qui allait garder les enfants ! Moi je me demande, qui, lorsque les femmes seront de plus en plus nombreuses à l'Assemblée, au Sénat, dans les allées du pouvoir, va garder les maris & compagnons ?

Mathilde

Écrit par : mathilde | 05/04/2007

"Villepin a flirté avec le non-retour, et s'il a décidé de faire un choix plus personnel, et qui préserve les siens, cela a été fait en connaissance de cause."

Que signifie cette phrase chère Mathilde? En quoi son choix préservait-il les siens? Ses siens étaient-ils menacés par ses choix?

Comme Betty je me pose aussi beaucoup de questions et j'espère que nous saurons tout un jour, car savoir aide à à panser ses plaies et à tourner la page.

Il n'y a pour moi qu'un élément que je ne puisse pardonner facilement c'est de mettre en péril la France par ses propres choix ou décisions. Le reste ne relève pas de la faute mais simplement de la vie des hommes avec leurs réussites et leurs faux-pas. Il n'y a que ceux qui ne se risquent jamais à rien qui ne se trompent jamais. Les hommes et les familles ont tous, par ailleurs, leurs lots de souffrance, et de non-dits. Cela n'a strictement aucune importance à mes yeux et je pense que c'est aussi le cas aux yeux de nos concitoyens.

Sur l'autre sujet: il faut de nos jours éviter de placer tous les hommes dans le même panier, de même pour toutes les femmes, au demeurant. J'ai pour ma part, et je ne suis pas la seule, le bonheur de vivre au sein d'un couple où la question de rôles assignés à l'homme ou à la femme ne se pose pas. Les rôles et le temps réservés à l'espace familial sont dynamiques et fonction de l'activité professionnelle de l'un et de l'autre. Beaucoup de couples "modernes" que j'ai autour de moi fonctionne de même et ce, pour le plus grand bonheur et équilibre de l'épouse, de l'époux et des enfants.

Il faut du temps pour que les mentalités évoluent dans une société, et je pense que ce sont les mères qui sont en réalité les principales responsables du fait que leurs propres filles souffriront un jour de ce que Mathilde décrit. Et si les mères commençaient par éduquer de la même manière et avec les mêmes attentes leurs fils et leurs filles? Ce n'est que cette approche qui fera que leurs fils deviendront des hommes qui assument leurs responsabiltés de père et d'époux! Observez bien autour de vous comment des mères pourtant "dynamiques" différencient le traitement et les attentes qu'elles nourrissent envers leurs fils et leurs filles. Tout se joue à ce niveau et de, dès le plus jeune âge...

Écrit par : samira | 06/04/2007

Extrait du Monde:

"Lorsqu'ils ont eu connaissance du manuscrit d'Azouz Begag, Dominique de Villepin et Jacques Chirac ont pris la mesure du problème. Le ministre de la promotion et de l'égalité des chances y décrit en détail comment l'ex-ministre de l'intérieur avait menacé de "lui casser la gueule". Comment le premier ministre a dû plier devant lui. En somme, comment Nicolas Sarkozy a imposé ses méthodes et sa politique au gouvernement. Pire, le livre d'Azouz Begag, édité par Fayard, est tout bonnement intitulé Un mouton dans la baignoire, en référence à une phrase de l'ancien ministre de l'intérieur fustigeant les pratiques supposées des musulmans.


Le président et le premier ministre ont donc demandé à Azouz Begag de renoncer à son livre ou, au moins, d'en différer la sortie. Las, l'éditeur avait déjà imprimé et acheminé le livre vers les librairies, et Marianne, qui doit en publier les bonnes feuilles, samedi 7 avril, déjà bouclé. Le ministre a donc dû renoncer à son poste, jeudi 5 avril, afin de "retrouver sa liberté de parole". Et de ne pas mettre MM. de Villepin et Chirac en porte-à-faux. A partir de mercredi 11 avril, le livre sera donc en librairie et Azouz Begag en campagne… pour François Bayrou."

Si tout cela est vrai pensez-vous qu'il soit normal ques des dirigeants politiques qui ont au centre de leur mission la responsabilité de garantir la liberté d'opinions dans notre pays, se livrent à ce genre d'exercice et demandent à un ministre ou à un simple citoyen de renoncer à écrire? Si cela s'avère réel et nous le saurons bien un jour ou l'autre, ne serait-ce que pour nos vieux jours, ils sont vraiment tombés sur la tête.

Vivement l'avènement de François de Navarre celui qui viendra remettre les pieds sur terre aux partis majoritaires...Oui, décidément il est urgent que la France redevienne la France, et non pas une somme de camps avec chacun ses intérêts propres à défendre!

Écrit par : samira | 06/04/2007

Samira, au moins une chose est sûre....Azouz Begag n'a pas de "nègre" !
Je comprends mieux pourquoi Bernadette "Bombardier" a été envoyée hier soir en grande pompe aux côtés de SARKO.
Il a de l'humour Azouz, et a su comment manoeuvrer pour ne pas être stoppé.
Lui peut se permettre de dire ce qui muselait Chirac et donc par fidèlité Villepin.
J'admire la profonde fidèlité d'Azouz à Villepin, qui n'a pas supporté son sacrice, d'où entre autre le titre évocateur de son livre.
Parfois on peut faire du "bien" à ceux que l'on respecte, admire et aime, malgré eux.
Les promesses contre-nature faites par Villepin n'engagent que lui....pas Azouz Begag.
...ohé ohé Républicain !!!..qu'en dis-t-on dans les news émiraties ?

Samira, Villepin a été muselé.
Des héros il y en a plein les cimetières.
Il sera plus utile en homme libre, libéré.
Son choix s'il ne peut être compris aujourd'hui par nous, le sera un jour.
Et je persiste, la république n'est pas en danger avec BAYROU.
Par curiosité, voyez les derniers sondages sur le net dans www.votez2007.com
Mathilde

Écrit par : mathilde | 06/04/2007

départ de Begag serait lié à un livre à charge contre Sarkozy

PARIS (Reuters) -

La démission d'Azouz Begag n'est pas liée à son soutien à François Bayrou, mais à la publication par le ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances d'un livre contre Nicolas Sarkozy, affirment Le Parisien de vendredi et Marianne à paraître samedi.

Cet ouvrage, intitulé "Un mouton noir dans la baignoire" et édité chez Fayard, doit paraître le 11 avril, précise Le Parisien.

La démission d'Azouz Begag, qui mena une carrière de sociologue et d'écrivain avant d'être ministre, a été annoncée jeudi, avec pour motif officiel la volonté du ministre délégué de reprendre "sa liberté de parole".

Dans son ouvrage, dont des extraits sont publiés par l'hebdomadaire Marianne, Azouz Begag, dont les désaccords avec Nicolas Sarkozy sont connus, accuse l'ex-ministre de l'Intérieur de l'avoir très violemment injurié et menacé.

"Tu es un connard ! Un déloyal, un salaud ! Je vais te casser la gueule (...), salaud ! Connard" (...) "J'en ai rien à foutre de tes explications ! Tu vas faire une dépêche à l'AFP pour t'excuser, sinon je te casse la gueule", aurait dit par téléphone Nicolas Sarkozy à Azouz Begag.

Ces injures, écrit le ministre d'origine algérienne, font suite à une rencontre qu'il a eue avec une association de Marseille et lors de laquelle il a déclaré : "je ne m'appelle pas Azouz Sarkozy".

La scène se passe à l'automne 2005, raconte Azouz Begag, alors que les banlieues s'enflamment en France après la mort de deux jeunes électrocutés dans un transformateur EDF à Clichy-sous-Bois, en banlieue nord de Paris et le terme de "racaille" employé par Nicolas Sarkozy à propos de certaines personnes habitant en banlieue.

"DEGAGE !"

Dans ce contexte, Azouz Begag a fait connaître son opposition à la "sémantique guerrière" de Nicolas Sarkozy. A partir de ce moment-là, écrit-il, "la descente aux enfers est engagée".

L'ex-ministre de la Promotion de l'égalité des chances raconte aussi les pressions dont Nicolas Sarkozy serait l'auteur auprès de certains journaux pour que le nom d'Azouz Begag ne soit plus cité dans leurs colonnes.

Azouz Begag, qui se dit "bourré" de Temesta, un tranquillisant, raconte aussi l'éloignement progressif de ses collègues ministres et le ton insultant employé à son encontre par le ministre délégué aux collectivités territoriales et proche de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux.

"Allez, fissa, sors de là ! Dégage d'ici, je te dis, dégage!" lui aurait lancé Brice Hortefeux le 11 octobre 2006 alors que les deux ministres délégués étaient assis sur les bancs de l'Assemblée nationale.

"Il utilise un terme de l'époque coloniale", note Azouz Begag. "Il se croit encore dans l'Algérie de l'indigénat. Je fais le benêt. Je dis que je ne comprends pas le breton."

Fissa est un terme argot d'origine arabe, contraction de "fi sa'a", soit mot à mot, dans l'heure.

"Le livre a rendu furieux le duo Villepin-Chirac", écrit Le Parisien.

"Il n'y a aucun commentaire à faire sur le livre (...)", a déclaré vendredi Xavier Bertrand, porte-parole de Nicolas Sarkozy.

"Azouz Begag, à l'origine, c'est un romancier. Donc on peut certainement lui faire crédit que ça sera très romancé", a-t-il ajouté.

Dès l'annonce de la démission d'Azouz Begag jeudi après-midi par Matignon, il n'était plus possible de consulter la biographie de l'ex-ministre délégué sur le site en ligne du gouvernement.


Mathilde

Écrit par : mathilde | 06/04/2007

"un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne!"
En homme libre AB a opté pour la démission et il a bien fait de ne pas le faire trop tôt!
La droite va une nouvelle fois être battue par la droite, il faut dire qu'elle n'a pas lésiné sur les moyens!
Nous n'allons pas refaire l'Histoire mais c'est nous qui allons en payer les pots cassés.
Bernadette qui adoube NS , heureusement le ridicule ne tue pas (autant l'un que l'autre) et nous n'avons pas encore fini de faire notre chemin de croix.
Je ne vois rien d'autre à dire que "reveille toi De Gaulle ils sont devenus fous"

Écrit par : Betty | 06/04/2007

Quelques nouvelles pour Mathilde...

Aujourd'hui, c'est Khaleej Times.

Un article sur Bayrou: "France needs quiet, peaceful revolution: Bayrou centrist candidate for french presidency wants to revamp democratic process".

Et bien sûr, on parle de l'affaire AB sous le titre: "Sarkozy threatened me, says ex-minister".

Écrit par : Républicain | 07/04/2007

Lisez chers amis, la bêtise et la démagogie n'a plus aucune limite. Qui a parlé que notre chemin de croix n'était vraisemblablement pas terminé? C'est Betty, il me semble, et je pense qu'effectivement ce n'est pas terminé. J'ose espérer que nous saurons l'abréger dès le 22 avril prochain...

Voici un extrait de l'intervention de Sarkozy de son meeting d'hier. Il pense véritablement, et c'est inquiétant, qu'il fera ce que lui veut de la France. Depuis 15 jours il dresse les Français de souche contre ceux d'origine étrangère. Hier il a dit qu'il donnerait la nationalité française (car qu'est-ce que la citoyenneté?), à toutes les femmes martyrisées dans le monde (et je peux vous garantir que cela se chiffre en plusieurs centaines de millions!).

Les Français de la droite modérée sauront apprécier le manque de responsabilité de sarkozy et la manière dont il se permet de jouer avec l'identité de la France. Réveillez-vous électeurs de droite sinon votre réveil et celui de tous les Français sera des plus douloureux!*

Voici donc l'entrait de son intervention:

"Chaque fois qu'une femme sera martyrisée dans le monde, cette femme devra être reconnue comme citoyenne française et la France sera à ses côtés."

Tout simplement consternant!!!!!

Écrit par : samira | 07/04/2007

Effectivement Samira, il y a du boulot!
Dans ce cas il s'agit certainement de séduire l'électorat féminin, à condition qu'il existe en tant que tel,car on se demande pourquoi seulement les femmes. C'est une idée louable, le pb c'est qu'elle ne tient pas la route. Ils vont finir par nous dire: demain vous serez tous beaux, riches et célèbres!
Ils sont tellement avides de pouvoir, qu'ils en arrivent à dire n'importe quoi.
Et le pire dans l'histoire c'est qu'ils sont contents d'eux!
Ségolène nous propose le contrat première chance, disant qu'il fallait tout essayer pour créer des emplois. Nous sommes d'accord!
Mais était-il alors opportun de faire descendre dans la rue des millions de personnes contre le CPE( certes,rien ne les y obligeait si elles avaient réfléchi un minimum).
Tout est donc dans la sémantique, pire dans la démagogie.

Il serait plus honnête de nous dire "élysée-moi, nous verrons après".
Au moins on saurait à quoi s'en tenir!
Dans tous les cas on nous prend pour des gogols.

Écrit par : Betty | 07/04/2007

Que faisait le candidat de l'UMP en 1987 ?

Comme par hasard, cet épisode de la carrière de M. Sarkozy ne figure pas dans ses biographies officielles

Mr Sarkozy etait "Chargé de mission pour la lutte contre les risques chimiques et radiologiques au ministère de l´Intérieur (1987) "

Et que s'est t-il-passe en 1987 : Tchernobyl et le mensonge d'etat associe.

Mathilde

Écrit par : mathilde | 10/04/2007

L'heure est grave :
les sondeurs recueillent
"BAYROU/LE PEN" et restituent
"SARKO/SEGO".

Mathilde

Écrit par : mathilde | 10/04/2007

Ce samedi, un numéro vérité de Marianne !
Par Jean-François Kahn.

Au moins, désormais, est-ce clair. Quelque chose a basculé, dans la dernière ligne droite de cette campagne électorale. Pour la première fois depuis quarante ans, un candidat - pas celui que l'on croit et dont on fait, un peu artificiellement, un absolu épouvantail – a employé un ton et des arguments qui rappellent furieusement (le mot est le bon) la façon dont l'extrême droite d'avant-guerre et les staliniens d'après-guerre poussaient le terrorisme intellectuel et verbal jusqu'à nier la légitimité, l'humanité même de leurs concurrents ainsi diabolisés. Comme si le lapin était déjà fasciné par le boa, les médias, y compris ceux qui font profession d'extrême vigilance en la matière, tel notre confrère Le Monde, n'ont quasiment pas moufté.

Au-delà d'une saine compétition entre personnalités différentes et talentueuses, au-delà d'opinions divergentes mais légitimes, c'est donc bien, en réalité, notre conception de la République et le devenir de notre démocratie qui sont en jeu. C'est grave ! Il est donc temps, grand temps, de dévoiler ce qu'on semble avoir décrété indicible, de faire tomber les masques, de mettre toutes les cartes entre les mains des électeurs qui n'entendent pas favoriser une nouvelle fois l'avènement du césarisme.
Il ne faut pas qu'on puisse dire, demain, qu'on ne savait pas, qu'on n'était pas prévenu, qu'on n'avait pas été informé.

Donc, ce samedi, Marianne brisera l'omerta que favorise le verrouillage médiatique, dira ce qu'on n'ose pas vous dire, se libérera de la conspiration du silence pour jeter, dans le débat, cette lourde vérité dont on voudrait vous interdire l'accès !
Dès aujourd'hui, retenez ce numéro essentiel. Au nom de tout ce qui nous rassemble, aidez-nous à lui assurer la plus large diffusion. Offrez-en un ou plusieurs numéros autour de vous, à vos amis ou connaissances. Dans trois semaines, il sera trop tard.


Mercredi 11 Avril 2007
Jean-François Kahn


Mathilde

Écrit par : mathilde | 11/04/2007

Campagne internet -suite-

Article trouvé sur www.memoire-vive.org

Quatre candidats à l’élection présidentielle mobilisent, selon tous les sondages, plus de 80% des intentions de vote des électeurs depuis plusieurs semaines. Pour autant, ces quatre candidats n’ont jamais été confrontés ensemble, dans le cadre d’un débat, aux questions des électeurs. Cette carence est dommageable pour le déroulement normal d’une campagne électorale dans un pays démocratique.

C’est pourquoi, nous, collectif de médias citoyens, de médias en ligne, de blogueurs et d’acteurs d’Internet, nous proposons d’organiser ce débat sur le web. Nous invitons donc Madame et Messieurs François Bayrou, Jean-Marie Le Pen, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy à venir débattre sur un plateau, le lundi 16 avril au matin.

L’ensemble sera filmé et enregistré dans les conditions du direct, puis diffusé en vidéo en ligne, accessible à tout internaute soucieux de s’informer.

Un protocole garantissant l’égalité aussi bien lors de la diffusion que la mise en ligne de ces débats sera adressé aux candidats dans les prochains jours. Et ce, afin d’écouter leurs observations pratiques et d’arrêter la formule définitive qui peut être mise en œuvre, univers numérique oblige, en quelques journées.

Cet événement, qui poursuit un but démocratique, pourra être relayé par toute personne et toute organisation voulant le diffuser à son tour. L'enregistrement sera disponible gratuitement pour tout type de rediffusion.

Les premiers signataires
AgoraVox.fr
2P2L
20minutes.fr
Lemonde.fr
Lesechos.fr
Liberation.fr
Le Dauphiné Libéré / quelcandidat.com
Marianne2007.info
LaTeleLibre.fr
Humains-associes.org
Memoire-vive.org
Christophe Carignano
Thierry Crouzet
André Gunthert


Mathilde

Écrit par : mathilde | 11/04/2007

Extrait du Figaro:

"La présidence a démenti par deux fois les informations du Canard Enchaîné, qui évoque un accord secret entre Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac, pour éviter au chef de l'Etat de faire face à la justice.

«Procédé scandaleux et inacceptable», «allégations totalement infondées et mensongères»... Fait rare, l'Elysée a réagi à deux reprises mercredi aux allégations du Canard Enchaîné, «qui sont strictement sans fondement, [et] n'appellent aucun commentaire».


En cause : un article où l’hebdomadaire affirme qu’un accord a été passé entre Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac. En échange du soutien du chef de l’Etat, le candidat de l’UMP se serait engagé, s’il est élu, à faire le nécessaire pour lui éviter d’être confronté à la justice.


Selon les informations du Canard, qui cite un «familier du chef de l’Etat», Nicolas Sarkozy a refusé l’idée d’une amnistie spécifique. Il aurait en revanche envisagé d’intégrer au projet de loi destiné à renforcer la lutte contre la délinquance un article spécifique. Selon un «chiraquien» cité par l’hebdomadaire, ce texte «imposera aux juges de clore leurs dossiers dans des délais très stricts […], pas plus d’une dizaine d’années», pour les délits.


Pour appuyer sa thèse, le journal satirique cite également un article du Figaro, qui évoque les discussions régulières entre le chef de l’Etat et Nicolas Sarkozy à propos de «emplois fictifs de la Ville de Paris et de l'éventuelle implication de Jacques Chirac»."


Et si c'était ça la raison pour laquelle notre très cher Dominique de Villepin a été sacrifié? Elle n'est belle la défense de la cause de la France, vue par Chirac????

Nous n'avions, au demeurant pas besoin que le Canard vienne nous mettre cela dans la tête. Depuis des mois, les gens s'interrogeaient déjà sur ce qui ferait que Chirac qui ne cessait, à juste titre, d'alerter sur les dangers que les idées de Sarkozy font peser sur la tête des Français, puisse aller voter pour lui.

Que ce soit vrai ou pas, le plus grave c'est qu'avec ces affaires de Chirac tomberaient également, de nombreuses autres affaires liées aux terrorime international. Les Français doivent réagir en votant pour l'avènement d'une nouvelle classe politique et ça c'est Bayrou qui peut nous l'apporter. Sinon nous restons dans la France des partis PS/UMP qui, depuis 25 ans, se partagent le pouvoir sur le dos de la France et des Français. Nous devons d'urgence sortir de ce système pour faire à nouveau respirer la France; c'est vital!

Écrit par : samira | 12/04/2007

Je crois qu'une très grosse partie de la classe politique de la droite modérée est complètement prise en otage avec ces tristes vérités !
JUPPE a été sacrifié, VILLEPIN aussi, et chacun d'eux était un homme d'Etat clean
que l'on a tenté de salir.

A quoi se mesure un grand homme d'Etat ???
Maheureusement pour ces deux-là, cela aura été le renoncement par le sacrifice de leur carrières au sommet de la pyramide.

Oui, c'est BAYROU qui est le plus gaulliste entre tous, et celui qui saura le mieux sauver notre république.

Après avoir lancer l'idée de tester les enfants dès la maternelle quant à leur potentiel de délinquant, voilà que l'on veut clouer au pilori les enfants de pervers sexuels.
C'est ainsi que le tri humain commence.
On se croirait dans les années 30 du siècle dernier.
Si j'avais encore quelques doutes quant au potentiel de dangerosité de SARKO, mes doutes se sont envolés.
Même Le Pen n'a jamais osé aller aussi loin !

Et c'est pour s'incliner devant "ça" que Dominique de Villepin est passé complètement à la trappe.

Courage, fuyons !

Mathilde

Écrit par : mathilde | 12/04/2007

Le banquier Suisse que SARKO voudrait oublier.

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/247264.FR.php

Dominique de Villepin & Gergorin étaient tout sauf paranos dans l'affaire de la non-affaire Clearstream. Comment toute l'armada de l'UMP a-t-elle pû plier sans broncher, sauf quelques rares exceptions comme JPG, devant ce si petit bonhomme ?

Mathilde

Écrit par : mathilde | 13/04/2007

Reuters:

" Le candidat du Front national a estimé que penser récupérer les électeurs du Front national comme Nicolas Sarkozy le laissait entendre dans un entretien à Libération jeudi, était "un faux espoir".

"C'est exactement l'inverse qui risque de se produire. En prenant les thèmes de combat du Front national, M. Sarkozy rend à celui-ci de grands services, il le dédiabolise", a-t-il ajouté en estimant que de ce fait, les électeurs préféreraient voter pour lui plutôt que pour le candidat de l'UMP, sa "copie".

Jean-Marie Le Pen a promis "une sévère critique des différents candidats" et "tout particulièrement" de Nicolas Sarkozy lors de son avant-dernier meeting de campagne dimanche à Paris."

Il y a déjà fort longtemps de cela, le parti de droite était respecté et n'aurait jamais été en position d'infériorité par rapport à un parti xénophobe qui n'a cessé de traiter de "détail" ce qui s'est passé lors de la seconde guerre, vis à vis des Juifs.

Aujourd'hui la France n'a plus de parti de droite. Comment tous les dirigeants de droite ont-ils pu , comme je l'ai entendu récemment dans une discussion, fabriquer le "monstre Sarkozy"? Chacun d'entre eux en porte une dose de responsabilité. A force de fermer les yeux, dans le seul but de préserver ses propres intérêts immédiats, ils ont laissé la France glisser vers l'immonde. Aujourd'hui la bête immonde déverse chaque jour son lot de peur et de frayeur. Que nous lâchera t-il demain? Vers quel destin emmenera t-il la France? Comme le dit si bien F. Bayrou, si les Français ne veulent pas sursauter à chaque fois qu'ils allument leur poste de radio, ils doivent voter pour moi (Bayrou). Et c'est vrai qu'il est rassurant notre Béarnais. Il est rassurant tout en étant ferme sur tout ce qui fait les valeurs qui n'appartiennet qu'à la France. Il place l'école au centre de la société. Il défend la loi sur la Laïcité alors que Sarkozy veut la modifier. Pensez-vous que cela serait sans aucune conséquence que les maires se voient contraints, de par la loi, de financer avec l'argent de leurs administrés les nouveaux lieux de culte? Je pense, au contraire, que les administrés n'accepteront pas que poussent sur leurs communes de nouveaux lieux de culte. Cela créera des problèmes de cohabitation, c'est certain.

Je partage une analyse de JM Le Pen et cette analyse je l'avais déjà exposée sur le site de PL Séguillon, il y a déjà plusieurs mois: une personne d'une première génération de l'immigration, comme Sarkozy, ne devrait pas pouvoir devenir président de la France. Il est nécessaire, pour réellement être imprégné de l'héritage d'un peuple d'y avoir vécu plusieurs générations et de surtout avoir reçu, au sein de sa cellule familiale, le respect de tout ce qui fait l'identité du peuple. Que dire alors de celui qui doit présider au destin de ce peuple? C'est un impératif absolue que d'être nourri de sa culture et d'être porteur de son identité. Cela n'a pas été le cas de Sarkozy qui a été éduqué par deux étrangers. Nous en voyons, jour après jour, les conséquences dans ses prises de position. Je suis certaine que s'il avait été noir ou d'origine arabe, les Français réaliseraient bien plus vite qu'il n'a qu'une obsession, que les Français tournent le dos à la France, et à tout ce qui a toujours fait la France. Oui, c'est une certitude, Sarkozy est le plus dangereux de tous les candidats. Je dis bien de tous les candidats actuellement en présence.

Il appartient aujourd'hui au peuple français de comprendre que c'est réellement à l'écriture d'une page qui sera retenue par l'Histoire, qu'il est convié. Sachons le garder présent à l'esprit, le 22 avril, au moment de glisser notre bulletin dans l'urne, pour ceux qui ont cette chance. Car de nombreux Français vont être privés de cette chance et de ce devoir, grâce au fait que l'UMP a installé des machines électroniques de vote sur lesquelles il existe des suspiscions sérieuses. Plusieurs pays ont fait marche arrière sur l'utilisation de telles machines. Ce n'est certainement pas pour rien...

Écrit par : samira | 13/04/2007

Pour qu'il ne puisse pas y avoir d'erreur d'interprétation, lorsque je dis au sujet de Sarkozy: "Je suis certaine que s'il avait été noir ou d'origine arabe, les Français réaliseraient bien plus vite qu'il n'a qu'une obsession, que les Français tournent le dos à la France, et à tout ce qui a toujours fait la France.", c'est parce que je suis convaincue que les Français se laissent aveugler par le fait qu'un "Blanc" est nécessairement porteur et respectueux de l'identité française or c'est complètement faux et nous le voyons à présent avec Sarkozy qui vient d'un pays de l'Est. Alors qu'à contrario il existe en France des Noirs et des personnes d'origine arabe qui sont elles réellement porteuses et respectuseuses de l'identité française. Il est donc nécessaire de ne plus se laisser aveugler, pour cette question de l'identité, par la couleur des autres...

Écrit par : samira | 13/04/2007

Bonjour Samira,

vous êtes encore plus sévère que moi....qui pourtant ne décolère pas quant au grand écart fait par l'élu de l'UMP, mais que j'espère ne jamais voir élu par la majorité des Français.

Oui il y a danger avec les machines électroniques utilisées pour l'élection présidentielle. Testées dans les municipales ou les législatives, en cas d'erreurs, voulues ou pas, elles porteraient moins à conséquence.

Bush a été élu à l'arrachée, et grâce aux machines de la Floride où son frère est gouverneur. Que SARKO soit tenté par singer l'alcoolique repenti yankee, qui a plongé la Mésopotamie dans le chaos....
oui, il y a danger !

SARKOZY l'Américain n'est pas ancré dans la France profonde, pas plus que ne l'était BALLADUR, sans quoi il n'aurait sans cesse besoin de revendiquer ses origines à des électoralistes.
Nous avons tous des racines, qu'elles soient languedociennes, bretonnes, corses, algériennes ou maliennes, mais c'est une force, une fierté, qui n'ote en rien le sentiment national et républicain.
Je crois que l'on peut prétendre à la présidence de la France, même si l'on n'est Français que depuis la seconde génération : tout dépend comment et dans quel esprit l'on a été élevé.
Je crois aussi que l'on ne doive pas avoir peur de voir les musulmans pratiquer leur religion dans des mosquées : il y a suffisamment d'églises ou de temples déserts, qui peuvent être aménagés. Un lieu de culte est sacré quelle que soit la religion que l'on y pratique avec modération.
Cela sont les garages et caves qui fabriquent les extrémistes. C'est le rejet de la société et la pauvreté qui crée souvent la fuite en avant.
Notre pays est multi-racial et multi-culturel, avec un socle et langue commune : la France et le Français.
Nicolas Sarkozy a été broyé : il a un père fantome resté hongrois, mais lui n'a jamais été bercé dans cette culture. Sarko a une mère fille d'un juif de Sallonique, devenu très français et gaulliste. Il a eu une éducation religieuse catho. En rien dans son éducation, il ne retrouves les racines paternelles et maternelles, et de ce fait, croit révolutionner la France, en nous promettant un avenir batard et atlantiste déguisé, pour lui ressembler.
Nous, nous savons que nous appartenons à un pays patchwork, riche, et multiple, mais lui ne se retrouve pas dans ce patchwork, et pourtant il devrait !
La vision de son monde ne sera jamais celui de la France d'aujourd'hui.

Mathilde

Écrit par : mathilde | 13/04/2007

Chère Mathilde,

Vous dîtes: "Cela sont les garages et caves qui fabriquent les extrémistes. C'est le rejet de la société et la pauvreté qui crée souvent la fuite en avant".

Je ne suis pas si sûre, justement. Cela c'est ce Sarko dit aux Français, avec au passage beaucoup de légèreté, pour justifier le fait de modifier la loi sur la Laïcité que beaucoup de pays nous envient, à commencer par le Canada qui souhaiterait bien pouvoir nous l'emprunter. Je connais bien des pays où l'extrêmisme est diffusé dans de très jolis édifices. Tout dépend donc de l'esprit dans lequel l'enseignement est dispensé, et aucunement de l'argent qui est mis dans les constructions...

Vous dîtes ensuite: "Notre pays est multi-racial et multi-culturel, avec un socle et langue commune : la France et le Français."
Nous, nous savons que nous appartenons à un pays patchwork, riche, et multiple, mais lui ne se retrouve pas dans ce patchwork, et pourtant il devrait !"

Encore une fois Mathilde vous nous apportez la réponse en disant "un socle et une langue commune". Qu'advient-il donc si cela n'est pas respecté et si comme veut le faire Sarkozy, ce socle n'est plus respecté. Ce socle c'est celui sur lequel s'est construite l'identité de la France. Aujourd'hui il veut nous importer tout ce qui fait les sociétés anglosaxonnes. Cela n'est pas la France. Le peuple français a ses propres références et sa propre Histoire. Il est pour moi évident que si cela advenait, cela se terminerait dans un affrontement civil, car les Français ne supporteront pas de vivre à l'anglosaxonne. C'est la raison principale pour laquelle il me semble important que les Français réalisent dès le vote du 22 avril, qu'il faut voter pour un homme qui est lui-même suffisamment imprégné de la culture française afin de préserver la France et pour moi c'est François Bayrou, sans l'ombre d'un doute.

Les Français pensent, parce que Sarkozy sait rouler des ménaniques, qu'il saura les préserver. Or, c'est lui qui va les bousculer et les brutaliser. Ils ne perdent rien pour attendre s'ils l'élisent: ils ne reconnaîtront plus l'idéal français de leurs ancêtres!

Vous dîtes, chère Mathilde: "tout dépend comment et dans quel esprit l'on a été élevé." Hé oui, la question est là et toute la réponse aussi. Il n'y a pas d'inné mais que des acquis. C'est en cela que Sarkozy l'eugéniste est dangereux. Car il ferme la porte à l'éducation et à la culture qui sont mères de la formation des êtres et des esprits!

Écrit par : samira | 13/04/2007

http://carignano.blog.20minutes.fr/archive/2007/04/13/r%C3%A9veillons-nous-ils-sont-devenus-fous.html

Jusqu'où ne faudra-t-il pas aller pour qu'il y ait prise de conscience ?


Mathilde

Écrit par : mathilde | 13/04/2007

Les RG éliminent Ségolène
Une enquête des Renseignements généraux donne Nicolas Sarkozy en tête devant Jean-Marie Le Pen et François Bayrou au coude à coude.






Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal, François Bayrou et Jean-Marie Le Pen (Reuters)


La Direction Centrale des Renseignements Généraux est en possession d’une enquête confidentielle sur l’état de l’opinion qui annonce l’élimination de Ségolène Royal au 1 er tour. Cette enquête, effectuée dans le cadre des missions de prise de température de l’opinion sur des thèmes non politiques, baptisée "Mercure", est effectuée sur un échantillon de 15.000 personnes sur tout le territoire français. Officiellement, les Renseignements Généraux ne font plus de sondages électoraux. Mais, ces dernières semaines, les RG régionaux ont eu pour consigne de faire remonter des informations sur le vote du premier tour.

Déflagration
Les informations, centralisées, cette semaine, par une cellule d’une dizaine de fonctionnaires, rue des Saussaies, à Paris, sont destinées à nourrir la réflexion du ministre de l’Intérieur. Ce sondage "Mercure", donnant Nicolas Sarkozy en tête, Ségolène Royal éliminée, et François Bayrou et Jean-Marie Le Pen au coude à coude, avec une "conjoncture positive" pour ce dernier, pourrait annoncer un deuxième tour entre Nicolas Sarkozy et le leader du Front National.
Cette information, que la place Beauvau ne peut révéler, pourrait provoquer une déflagration politique. Certains informateurs précisent que l’annonce d’une défaite possible de la candidate socialiste au premier tout pourrait réveiller les indécis et les encourager à retourner vers un vote en sa faveur dès le premier tour. "Certains candidats, Sarkozy, ou Bayrou, n’ont aucun intérêt à divulguer les résultats de ce sondage, souligne un fonctionnaire des RG. La révélation de cette info pourrait faire remonter Madame Royal…" S.R.

Source: le nouvelobs

Écrit par : laure | 14/04/2007

Spartacus : "Seul François Bayrou fédère les énergies !"
Spartacus, pseudonyme collectif de personnalités socialistes, a réitéré jeudi son soutien à François Bayrou, comptant sur lui "pour réconcilier la France". Dans une tribune publiée dans Le Figaro, Spartacus affirme que le candidat à l'élection présidentielle représente "un espoir pour des millions de Français qui veulent croire à cette chance unique de proposer un travail en commun à des hommes et des femmes venus d'horizons différents mais unis par le seul idéal du bien public". Selon ce collectif, "Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen proposent conjointement une vision crispée et haineuse de notre société et de notre avenir". "Jamais un candidat de la droite républicaine à l'élection présidentielle n'est allé aussi loin dans le débauchage et la surenchère en direction des thèses d'extrême droite", ajoute Spartacus. Il pense que "Ségolène Royal, comme on le prévoyait dans la précampagne interne au PS, s'est laissé entraîner sur ce terrain". "Par manque de rigueur, d'idées ou par penchant personnel, on ne retient plus de son discours qu'un écho caricatural aux idéaux nationalistes et démagogiques", déplore Spartacus. "Nous avons besoin, nous avons envie d'un président calme, serein, équilibré, mais qui soit aussi avisé des difficultés quotidiennes des plus démunis de nos concitoyens", d'"un président courageux qui ne change pas d'avis au gré des sondages qualitatifs ou de réunions de quartiers", d'"un président qui n'engage pas la France dans des conflits internationaux par suivisme ou qui dise à différents interlocuteurs ce que chacun souhaite entendre".


Mathilde

Écrit par : mathilde | 14/04/2007

Je viens de lire le numéro de ce jour de "Marianne" sur ce que les grands médias n'osent pas ou ne veulent pas dévoiler, par peur de SARKOZY.

C'est trop long à résumer, mais doit être lu.
L'on ne pourra pas dire après, je ne savais pas.

Tout ce que je peux vous lire, c'est par exemple que si Dominique de Villepin a mis sa langue dans sa poche, il n'en pense pas moins.
Les Chiraquiens du premier cercle ne veulent déroger à la règle du silence, mais dans les coulisses de l'Elysée, on laisse tout simplement tomber :
"On fait confiance au peuple Français" !
En tout cas l'on s'y communique en jubilant les sondages qui indiquent une montée en puissance de Bayrou !!!
Et en dessert, ce qu'à dit de quelques uns de sa "famille", SARKO, l'homme qui court d'une lumière à l'autre, et que j'espère n'être qu'une étoile filante dans notre pays :

De Chirac en 94 : "L'encéphalogramme de la Chirtaquie est plat. Ce n'est plus l'hôtel de ville, c'est l'Antichambre de la morgue. Chirac est mort, il ne manque plus que les 3 pelletées de terre."

de VILLEPIN selon FOG : "il s'est plu à lui promettre de finir au croc d'un boucher;"
(plus Ceaucescu..tu meurs !...cela c'est moi qui le dis de Sarko)

de FILLON son futur 1er ministre :
"Un nul qui n'a aucune idée".

de JUPPE :
"Un dogmatique rigide. Fabius en pire".

de BARNIER :
"Le vide fait homme".

et de MAM, je vous réserve le meilleur du pire,
"la salope", alors qu'il la soupconnait de jouer trouble dans l'affaire Clearstream
qu'il entretenait.

Je termine avec les mots de JFK de "Marianne" :

François Bayrou, non pas qu'on l'aime ce "démocrate-chrétien jésuitique" mais, enfin, on ne va pas "laisser la France tomber entre les mains de Catalina"
dangereux aventurier populiste romain
dénoncé par Cicéron.

Mathilde

Écrit par : mathilde | 14/04/2007

Chère Mathilde,

Pour Chirac, je ne lui pardonnerai jamais ce qu'il a fait à de Villepin et donc, à mes yeux, à la France. Il n’a pour moi aucune circonstance atténuante. Il a joué avec le destin des Français, et il nous laisse à présent dans une situation extrêmement préoccupante. Et sa femme a le toupet de venir poser comme une « vulgaire » mannequin dans Paris-Mach, pour dire que le palais lui manquera : elle se vit comme une monarque et cela m’a toujours profondément choquée. Et sa manière de déambuler avec son sac grand couturier qu’elle ne lâche jamais, est tout bonnement grotesque…

J'espère de tout coeur que le peuple français saura réagir et ne pas brader son indépendance, mais nous ne sommes pas à une époque facile. Car les médias manipulent les électeurs à tour de bras, et censurent aussi des hommes politiques qui essaient pourtant d'y accéder mais sans succès. Et ça les Français n'en n'ont pas véritablement pris conscience. Il y a aussi beaucoup de choses que Sarko tait aujourd'hui car il sait que l'électorat de droite BCBG (ou pour être directe, d’éducation ou de culture catholique), ne voterait jamais pour lui s'il venait à se souvenir de certaines de ses idées. Mais comme je l’ai déjà dit ces électeurs seront les premiers à regretter leur vote si Sarko prend le contrôle de la France.

Je n'ai jamais senti, depuis que je suis née, que la France était à nouveau au bord d’un précipice, que le cours de l’histoire plaçait sur son chemin. Nous sommes dans cette situation, et si nous faisons un pas de plus, nous tombons…Je pense que nombreux sont les Français qui le perçoivent, mais beaucoup pensent, à tort, et à cause de l’énergie physique qu’il déploie, que c’est Sarkozy qui va sauver la France, alors que c’est lui qui va nous faire faire le pas fatidique, celui qui précipitera la France dans la tourmente…

Écrit par : samira | 14/04/2007

Samira, je vis en Alsace, à Strasbourg, sur les bords du Rhin, et vais par ce soleil de juin/juillet faire une grande promenade avec halte "Kafee/Kuchen" sur l'autre rive, l'allemande.
J'aimerais tant que l'on parle de l'Europe, du Monde, et de la Paix. C'est la première fois dans l'histoire d'après-guerre qu'un politique populiste fasse tant de mal, et couler tant d'encre en Europe.
Comment traiter avec cet homme qui ne cesse de ressasser l'histoire nazie aux générations actuelles.
L'histoire n'a pas l'air de lui servir en tout cas, car ce qu'il secoue en ce moment donne froid dans le dos.
Pourquoi croit-il que les Allemands ne font plus d'enfants ?
Cela est surtout dû au fait que les enfants et petits-enfants de la génération qui a fait la guerre ont peur de faire des nazillons !
L'immobilier s'est effondré en Allemagne ces 10 dernières années car la population diminue chaque année, et s'il n'y a pas un miracle, les allemands vont passer en 2050 de 82 à 50 millions. A Berlin, le m2 est le tiers du prix de Strasbourg, et à Baden-Baden, à moitié prix de Strasbourg.
Je suis d'une famille profondément gaulliste à la base. Les 3 dernières guerres ont laissées des cicatrices profondes, avec 3 annexions, et mes grands-parents ont changé 4 fois de nationalité sans changer de maison.
SARKO séduit beaucoup car l'énergie qu'il déploie est trompeuse.
Toutefois, BAYROU est très très suivi aussi.
Le résultat sortira des urnes.
Moi aussi, et pour la première fois de ma vie, j'ai peur à la France, et comme a dit Azouz Begag, j'ai mal à mon Pays.
Chirac, moi aussi je ne lui pardonne pas de nous avoir entrainé dans ce terrain vague, d'avoir sacrifié D2V...qui pourrait écrire le livre qu'il n'écrira jamais, mais que quelqu'un d'autre fera avec le titre :
"CHIRAC m'a tuer".
Bernadette qui est allée soutenir son "gendre perdu"....je crois qu'elle a atteint depuis quelques temps son seuil d'obsolescence.
Je ne lui pardonne pas d'avoir appelé Villepin, Néron, alors qu'elle couve un Néron
en puissance.
Dominique de Villepin et ses rares fidèles, tels que JPG, l'histoire se souviendra d'eux, et peut-être dans pas longtemps.

Mathilde

Écrit par : mathilde | 14/04/2007

Les commentaires sont fermés.