Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2007

TVA sociale

La TVA sociale est une idée économiquement vertueuse.

Mais les français, échaudés par l’euro qui devait être indolore, ne croient pas une augmentation de la TVA sans hausse des prix à la consommation.

A quelques mois des élections municipales, le gouvernement devra être plus que persuasif pour convaincre les français et donc sa majorité.

JPG

Commentaires

Jean-Pierre Raffarin procède aujourd’hui à une attaque en règle de la TVA sociale, ou TVA anti-délocalisation.

Est-ce parce qu’il voit s’éloigner la possibilité d’une sous-présidence de l’UMP qu’il s’exprime ainsi sur l’une des bonnes idées de Nicolas Sarkozy ? Est-ce une vengeance ou la simple formulation de ses idées libérales ? Nous lui accorderons le bénéfice du doute, les deux hypothèses étant de toute façon irrecevables…

Je me suis exprimé sur le sujet il y quelques jours (http://lheraultrepublicain.midiblogs.com/archive/2007/06/13/jeux-de-mots.html).

La TVA anti-délocalisation est une réforme intéressante, mais qui n’est effectivement pas sans danger pour le pouvoir d’achat compte tenu du volume actuel de nos importations (heureusement que les ventes d’Airbus limitent les dégâts). Et puis il y a aussi le précédent du passage à l’euro qui, sous prétexte d’arrondis, a provoqué une formidable augmentation des prix qui demeure profondément ancrée dans les esprits.

C’est une réforme qui aurait du être réalisée, comme le préconisait Philippe Séguin à l’époque, au début des années 90.

Cependant, on le constate encore avec l’affaire Jalatte (pour ne prendre qu’un exemple), nous ne sommes pas encore au terme du processus de délocalisation. Ce seul cas particulier, et sa conséquence tragique (le suicide du fondateur de la société), suffit à justifier l’expérimentation de la réforme.

Pourquoi alors attendre 2009 ? Il y a urgence !!!

Si nous pouvons encore sauver des emplois, c’est maintenant, et cette réforme, correctement encadrée, sera certainement plus efficace pour la collectivité, si elle fonctionne, que l’exonération fiscale des intérêts d’emprunts.

Espérons que le sujet sera évoqué dès la séance de questions au gouvernement du 26 juin… et sans esprit polémique, ce qui est moins sûr…

Écrit par : Républicain | 21/06/2007

La TVA sociale est un sujet complexe qui doit être expliqué et débattu mais je crois que les français ont déjà leur idée sur la question.
Le risque c'est l'inflation et il ne trouvera aucun français qu'il soit de droite de gauche ou du centre pour l'accepter!
La prise de position de JPR qui a la mérite de ne pas manier la langue de bois et qui dit en substance que cette réforme réduira le pouvoir d'achat et qu'il n'y aura pas de majorité pour l'adopter est un avertissement sans frais au président et c'est aussi sans doute une manière de lui dire qu'il devra compter avec la frange libérale de l'UMP qui est "laissée pour compte".
Si cette mesure est si bonne que ça et si elle permet de sauver des emplois pourquoi attendre 2009 pour la mettre en oeuvre?
Le 17 juin les électeurs ont envoyé un message à NS, et effectivement nous saurons lors des municipales et cantonales s'il l'a bien entendu ce qui ne semble pas être le cas, faute de quoi de moyennes et grandes villes tomberont aux mains le l'opposition!
Ce sera le prix à payer!

Écrit par : Betty | 21/06/2007

par experience,dans le commerce, chaque aide apportee a une entreprise n a jamais ete repportee integralement sur le prix du produit.
avec 1 augmentation de5 pts sur la tva
et une baisse des charges egale de 5 points.l entreprise augmentera sa marge de 2 ou3points
cest bon a prendre, c est pas bon pour le consommateur.

Écrit par : guillauminpatrick | 30/06/2007

Les commentaires sont fermés.