Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2008

Intervention lors du débat sur la défense

Je suis intervenu ce soir lors du débat sur le livre blanc de la défense et de la sécurité nationale à l'Assemblée Nationale.



Monsieur le Président,
Madame le Ministre de l’Intérieur,
Monsieur le secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants,
Mes chers collègues,

Le point le plus important, à mes yeux, de la nouvelle politique de défense de la France, est le retour dans le commandement intégré de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, simultanément programmé avec la réforme du format de nos armées.

Rappelons que la France du Général de Gaulle, particulièrement attachée à sa souveraineté nationale, a pris dès 1966 une certaine distance avec l’O.T.A.N. sans pour autant renier les engagements du Traité de Washington.

Depuis la création de l’O.T.A.N., l’Europe et la planète ont connu de nombreux bouleversements, en particulier l’effondrement de l’U.R.S.S. et la disparition du Pacte de Varsovie.

Aussi, cette évolution de l’histoire devrait nous interroger sur les motivations du maintien de l’Alliance dans sa forme actuelle alors que les raisons mêmes de sa création ont disparu.

Dans ce nouveau contexte, l’O.T.A.N. a évolué. Nous avons assisté à un abandon de fait des objectifs du Traité de Washington.

On peut dire que l’Alliance Atlantique a muté.

L’outil militaire destiné à contrer une menace, alors bien définie, est devenu une organisation tendant à intervenir aux quatre coins de la planète pour rétablir la paix, là où les Etats-Unis d’Amérique l’estiment menacée.

L’O.T.A.N constitue désormais le bras armé de nations qui entendent imposer au monde leur vision de la démocratie, des droits de l’homme et de l’organisation de la paix.

Pas-à-pas, l’O.T.A.N. se substitue insidieusement aux missions dévolues jusque là à l’O.N.U., en particulier dans son rôle d’arbitre des grands équilibres géostratégiques.

A ce niveau de la réflexion, nous, les représentants du peuple français, devons analyser en conscience une question qui transcende nos engagements partisans.

Il convient de s’interroger sur la pertinence de l’évolution de nos relations avec l’O.T.A.N. jusque là équilibrées et qui demain seront considérées dans la plupart des capitales comme un arrimage de la France à la politique des Etats-Unis.

La question de notre indépendance fait partie de notre longue histoire. Cette indépendance a permis à la France d’être une voix écoutée et entendue dans le concert des Nations, une voix autonome, une voix objective, une voix sage, une voix libre. Les Français n’ont jamais eu à regretter que notre pays conserve son indépendance. A la lumière de ce que nous observons aujourd’hui en Irak, nous avons toutes les raisons d’être fiers de notre indépendance de décision, voulue par Jacques Chirac et si bien exprimée à l’O.N.U. par Dominique de Villepin.

Aujourd’hui, le Parlement français ne peut ignorer, même si l’O.T.A.N. n’est pas strictement liée par les orientations et les choix politiques de la Maison Blanche, que, dans bien des circonstances, elle ne les contrarie pas. C’est le cas du projet d’implantation du bouclier antimissile en Europe centrale imposé unilatéralement à l’Europe par les Etats-Unis, et repris à son compte par l’O.T.A.N. au risque de créer de nouvelles lignes de division en Europe.

Est-ce le moment d’organiser le retour de la France dans le commandement intégré de l’O.T.A.N., alors que le Président Bush et son administration, en fin de mandat, voient leur politique unanimement rejetée sur la scène internationale ?

Au moment où l’Europe doit progresser dans l’affirmation de ses propres capacités de défense avec une Politique Européenne de Sécurité et de Défense autonome et souveraine, la France pourra-t-elle modifier le processus décisionnel au sein de l’Alliance pour favoriser et instaurer un dialogue d’égal à égal entre l’Union Européenne et les Etats-Unis ? C’est une défense authentiquement européenne qui permettra à l’Europe d’exister sur la scène diplomatique internationale comme entité politique comptable du destin des peuples de l’Union Européenne.

Au moment où le monde est devenu multipolaire, doit-on laisser les Etats-Unis décider unilatéralement selon des principes trop souvent dictés par leurs propres intérêts et avec une volonté inavouée mais tenace de scinder le monde en deux blocs ?

Au moment où de nombreuses capitales essayent de remettre en cause la composition du conseil de sécurité des Nations Unis, la France pourra-t-elle toujours légitimement prétendre demeurer, en particulier comme puissance nucléaire, membre permanent de ce conseil si elle cesse d’être une voix libre et indépendante, fondue dans une O.T.A.N. atlantiste. C’est dans cette voix de la France que de nombreux peuples se reconnaissent et s’identifient, en particulier à l’O.N.U. La voix de la France, c’est aussi la voix de bien d’autres Nations.

Alors que les grands défis du monde ne se jouent plus, comme par le passé, uniquement sur le sol américain, mais en Chine, en Russie, en Inde, au Brésil, sur le continent africain, sans oublier les pays du Golfe, on peut s’interroger sur la pertinence de notre nouvelle politique de défense et par conséquence de notre nouvelle politique étrangère.

Mes chers collègues, ne pensez-vous pas que la France se trompe d’époque en décidant un retour plein et entier dans l’O.T.A.N. ?

Jean-Pierre GRAND

Commentaires

Salut JP. Est ce toi qui a laissé un commentaire sur mon blog à propos du 40ième anniversaire de l'UJP?
As-tu lu mon dernier livre, avril "L'appel du gaullisme" ?
Dis moi ce qu etu en penses

Écrit par : robert grossmann | 30/06/2008

Non, je n'ai pas lu ton livre mais je vais me le procurer.

Non, je n'ai pas écrit sur ton blog.

Amitiés fidèles

JPG

Écrit par : JPGRAND | 30/06/2008

PROVOCATION (?)

Le président syrien El-Assad a été invité aux cérémonies du 14 juillet.

Parmi les troupes qui défileront devant lui, figure la dernière promotion de St-Cyr.

Cette promotion est baptisée « Lieutenant de la Batie », du nom d’un jeune officier parachutiste tué au Liban lors de l’attentat du Drakkar (23 octobre 1983), et vraisemblablement commandité par le régime syrien…

58 parachutistes français des 1er et 9e RCP trouveront la mort dans les décombres de leur poste baptisé « Drakkar ».

Non loin de là, à l'aéroport, une voiture explose devant un bâtiment où dorment encore près de 300 Marines américains. Ils seront 241, tués dans leur sommeil.

Ces soldats n'étaient pas là pour gagner une bataille ou une guerre, mais pour empêcher qu'un certain seuil de l'horreur ne puisse être atteint dans un Liban qui n'est pas encore sorti de trois guerres successives

On ne fait pas plus délicat !

Écrit par : Jarrid | 01/07/2008

Amitiés fidèles

JPG

IL FAUT EN RIRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : MARIANA | 06/07/2008

Mariana?
le retour de Romaine ou autres alias fielleux......

Écrit par : robert | 07/07/2008

Cher Monsieur le Député, vous qui êtes un courageux parmi les courageux, j'espère que de très nombreux parlementaires trouveront le courage de dire "NON" lundi à l'enterrement de la Vème République qui a déjà su montrer aux Français combien elle savait faire traverser des vents violents à la France . Peut-on, aujourd'hui, dans le contexte que nous connaissons, nous permettre de laisser introduire le moindre risque d'instabilité dans le fonctionnement de nos institutions? La réponse est bien entendu "NON". Vous l'avez déjà dit et redit.

Voici ci-dessous le lien vers un article qui nous révèle un peu de la pression qui est exercée sur vous, les représentants du peuple.

Pour les parlementaires villepinistes, le journaliste évoque les menaces d'un réallumage de Clearstream, contre DDV, en cas de vote négatif. Si cela est vrai je ne peux que me souvenir des paroles de Churchill et vous les redire ici: "Vous avez voulu la paix dans le déshonneur. Vous aurez la guerre et le déshonneur".

Aussi, suivez votre conscience car ceux qui veulent nuire à DDV chercheront toujours à lui nuire. Il ne faut pas sacrifier ses convictions, même sous la menace. L'honneur est toujours préférable, quelquesoit le contexte, et l'Histoire est là pour nous le rappeler.

"Les pression sur le juge de l'affaire Clearstream pour ne pas lâcher Villepin - pourraient bien être aussi destinées à faire rentrer dans le rang les élus villepinistes" : http://www.marianne2.fr/Combien-vaut-un-elu-de-gauche-_a89297.html?PHPSESSID=cc25e785dd6e6ede4b8053fd101dc22f

Écrit par : samira | 17/07/2008

Georges Tron et Hervé Mariton, dans une tribune commune, ont d'ores et déjà annoncé qu'ils voteraient oui "dans l’espérance que l’effort de la Majorité pour mettre en œuvre les réformes indispensables ne se brisera pas sur cet écueil que l’on aurait pu éviter", avant de poursuivre, quelques lignes plus loin, par un "nous en doutons fortement" à propos de la réussite des grands chantiers qu'ils évoquent.

"Dans le doute, abstiens-toi", dit le proverbe. C'est le minimum que l'on aurait pu attendre de leur part...

http://reformeetmodernite.free.fr/?134/Reforme_de_la_Constitution_Nous_votons_oui

Écrit par : Républicain | 19/07/2008

Jean-Louis Debré dans le Nouvel Obs:

"La Constitution de la Vè République, voulue par de Gaulle, rédigée par mon père, a 50 ans, ELLE A TRAVERSE TOUTES LES CRISES, les cohabitations, les confrontations et elle est demeurée telle que les Constituants l'avaient voulue au départ. Elle n'est donc pas si mauvaise que certains voudraient bien le dire"

Bonne chance pour demain, Monsieur le Député. Des millions de Français voteront par votre intermédiaire. Il suffit de lire la blogosphère, qu'elle soit teintée de droite ou de gauche pour sans convaincre.

Écrit par : samira | 20/07/2008

Pas trop les boules JP?

Écrit par : Eric | 23/07/2008

Bonsoir.

Je me permets de poster ici ce texte car je le trouve très pertinent dans le cadre de la politique qui est le sujet de ce blog.

On m’a fait suivre cet appel pour une assemblée constituante qui va dans le sens de la redéfinition des règles de base pour que la Représentativité démocratique et républicaine dans le vote et les équilibres des pouvoirs soient réinstaurés.

Une assemblée constituante qui pour avoir toute sa valeur serait élue au suffrage universel, en prévoyant des garde fous afin que l’initiative ne soit pas corrompue grâce aux media et aux réseaux de pouvoir par ceux qui vivent des institutions à l’heure actuelle.

Bonne lecture à tous.

xxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxx

le 24 juillet 2008,

Association pour une Constituante
13 rue du Pré Saint Gervais 75019 Paris
pouruneconstituante(AT)yahoo.fr

xxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxx

La volonté du peuple est méprisée

La Constitution de la France vient d’être profondément bouleversée. Il s’est agi là, en fait, d’un nouveau coup de force, préparé dans des enceintes feutrées, au prétexte de modifications techniques nécessaires, venant après celui qui a imposé le traité européen le 4 février 2008 contre la volonté du peuple exprimée le 29 mai 2005.
Qui plus est, cette révision constitutionnelle, une des plus importantes depuis 1958 puisqu’elle concerne l’équilibre des pouvoirs, a été, par une propagande grossière, présentée comme accroissant les pouvoirs du Parlement. Bien au contraire, elle accroît en fait la place d’un Président de la République sans contrôle et renforce un bipartisme, celui des deux familles partisanes du oui au référendum de 2005, affaiblissant encore ainsi les rares espaces d’expressions contradictoires. Et l’initiative des lois émanera de plus en plus d’un pouvoir autonome, les directives européennes étant transcrites dans le droit national par des parlementaires réduits, pour l’essentiel, à ce rôle.

La Constitution est l’ensemble des règles qui régissent l’organisation de la République. Elle doit affirmer des principes clairs, ayant pour objet principal de permettre la vie en commun par la mise en œuvre de la volonté du peuple dans son ensemble. Elle n’est pas octroyée par la classe dirigeante et ne peut émaner que du peuple lui-même. Or, la révision qui vient de se produire, et qui est en fait un changement radical, a été avalisée par un Parlement qui n’était pas élu pour cela. Le fait que, de plus, le vote ait été marqué par des marchandages indignes de la démocratie montre une nouvelle fois l’incapacité du régime à gouverner le pays en fonction des seuls intérêts de la Nation.

Comme le proclame la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics. Une Constitution doit donc être établie par le peuple lui-même, précisément pour se protéger de l’arbitraire des puissants, à travers une assemblée constituante, indépendante, élue dans ce but et dissoute ensuite. Elle doit être approuvée par référendum.

C’est pourquoi les signataires de ce texte affirment avec force que la situation exige la convocation d’une assemblée Constituante élue au suffrage universel direct dans les délais les plus brefs. Ils appellent les citoyens et élus dans toutes les communes à se réunir pour exprimer et participer à la fédération de cette volonté dans les formes qu’ils décideront eux-mêmes.

Écrit par : JM | 26/07/2008

Je souhaiterais une fédération des synpathisant de droite,car je crois que l'U.M.P. ne represente plus la droite. Mais compte tenu du nombre de liste à droite elle pourra une fois de plus qu'ils sont les seuls representant de droite. Le cumul des voix de droite (hors U.M.P) est probablement plus élevé.Amicalement

Écrit par : Moulin | 17/05/2009

C'est un peu hors sujet, mais il convient de noter la naissance d'un nouveau blog, GENERATION VILLEPIN:

http://generationvillepin.wordpress.com

Écrit par : Républicain | 17/05/2009

Les commentaires sont fermés.