Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2008

Message pour l'inauguration du Parvis des Droits de l'Homme à Castelnau-le-Lez

EleanorRooseveltHumanRights.gifNous nous retrouvons ici ce matin, sur cette place, qui désormais portera le nom de « Parvis des Droits de l’Homme » symbolisé par cette plaque que nous dévoilerons ensemble dans quelques instants.

Cette cérémonie, je l’ai souhaitée pour commémorer de la meilleure manière, ici à Castelnau, le 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.


Merci à vous Mesdames et Messieurs les élus du Conseil municipal et du Conseil municipal des jeunes,
Merci à vous Monsieur le Conseiller Général,

Merci à vous Madame l’Inspectrice de l’Education Nationale,
Merci à vous Mesdames et Messieurs les enseignants de la République,
Merci à vous les élèves de nos écoles, collège et lycées de Castelnau,

Merci d’avoir compris tout le poids symbolique de votre présence ici aujourd’hui. Ne sommes-nous pas chacune et chacun une petite bougie qui doit veiller et qui veillera sur les droits inaliénables de la personne humaine ?

Voici 60 ans que ce magnifique texte a été adopté, précisément le 10 décembre 1948 à Paris, au Palais de Chaillot.

Ce texte qui vient d’être lu s’inspire de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

Il énonce les droits fondamentaux de l’être humain, leur reconnaissance et leur respect par la loi.

Il comprend également un préambule avec huit considérations reconnaissant la nécessité du respect inaliénable des droits fondamentaux de l’homme dans tous les pays, dans toutes les nations et sous tous les régimes politiques.

Ce texte historique et fondateur est né au lendemain d’un effroyable conflit où six millions de juifs furent exterminés parce qu’ils étaient juifs.

René CASSIN, l’un des rédacteurs de ce magnifique texte a souligné :
« les protestations de l’humanité contre les atrocités et les oppressions dont tant de millions d’êtres humains ont été victimes au travers des siècles ».

Qu’en est-il 60 ans après ?

On peut constater que le respect des droits de l’homme s’est enraciné dans la législation internationale grâce à des textes élaborés et signés par les Etats.

Pour autant, nous constatons malheureusement qu’il reste sur la planète, encore et toujours, un chemin à parcourir pour l’égalité et le respect des droits de l’homme.

Pensons à ces femmes, en Afghanistan et ailleurs, victimes des plus barbares discriminations, soumises au port humiliant de la Burka.

Pensons à ces enfants soldats dans certaines nations d’Asie et d’ailleurs, promis à des mutilations ou à la mort.

Pensons au peuple d’Afrique et à ses millions d’enfants et d’adultes qui ont faim et soif.

Pensons aux femmes et aux hommes épris de liberté et de justice persécutés dans des nations dont les régimes demeurent toujours totalitaires.

Pensons à ces journalistes bâillonnés, persécutés et trop souvent emprisonnés, pour certains même assassinés.

Condamnons sans réserve tous les extrémistes pour lesquels la vie humaine a moins de prix que la poudre de leurs bombes, messages barbares de terreur et de larmes.

Honneur à ces femmes et à ces hommes, connus ou anonymes, qui luttent avec opiniâtreté, détermination, courage et intelligence pour défendre les droits de l’homme.

Soutenons par nos pensées U Win Tin en Birmanie, Shirin Ebadi en Iran, Taslima Nasreen au Bengladesh, Hu Jia, prix Sakharov 2008, défenseurs de la liberté à travers le monde sans oublier leurs illustres prédécesseurs, Alexandre Soljenitsyne, Nelson Mandela, Martin Luther King et tant d’autres…

Soutenons-les par nos pensées, notre respect et notre engagement.

Ce 60ème anniversaire, c’est aussi l’occasion de rendre un hommage fort à toutes les organisations, les ONG, toutes les associations qui sont devenues, partout sur la planète, des acteurs incontournables de la défense des droits de l’homme, de la démocratie et de la liberté.

La défense des droits de l’homme c’est aussi, plus près de nous, en Europe comme dans notre pays, un combat sans merci que nous devons mener pour que notre société soit la plus équilibrée, la plus juste et la plus humaine possible.

La lutte contre les violences faites aux femmes, contre les maltraitances, en particulier des enfants, des vieillards, participe au respect du message de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

En cette période de difficultés économiques, nous ne pouvons rester insensibles devant la misère, la détresse, l’isolement des plus démunis.

Il n’est plus acceptable, aujourd’hui, de voir la nuit venue sur les trottoirs parisiens, pour ne prendre que cet exemple, des êtres humains aux corps recroquevillés recherchant la chaleur des grilles de métro.

Ce n’est plus acceptable. Ce n’est plus acceptable.

Enfants de Castelnau, soyez dans votre vie, aujourd’hui de jeunes, demain d’adultes, d’ardents militants des Droits de l’Homme et de la dignité humaine.

Les commentaires sont fermés.