Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2008

MEILLEURS VOEUX

En cette fin d’année, de mon bureau à la mairie de Castelnau, par un temps gris, pluvieux et froid, j’observe des ouvriers qui s’activent au pied d’une grue, sur fond de verdure de la magnifique colline du château d’eau qui surplombe la vieille ville.

Ces images de fond d’écran reflètent un peu l’ambiance générale ressentie par les français.

Ici en Languedoc comme ailleurs en France, notre économie est fragilisée. Le bâtiment et les travaux publics, activités essentielles, connaissent un ralentissement préoccupant.

Je constate que l’attente de la plupart des personnes que je reçois est toujours la même : emploi, logement. De plus en plus nombreux sont ceux qui cherchent à se loger. De plus en plus nombreux sont ceux qui recherchent du travail.

En cette période de fêtes, comme vous, j’ai arpenté des allées de supermarchés, les étals des petits commerces de proximité, et "léché" les vitrines du centre-ville de Montpellier.

En cette période de toutes les tentations et de tous les désirs de faire plaisir aux êtres chers, je ne pouvais m’empêcher de penser à ceux dont le pouvoir d’achat se résume à leur seul revenu du SMIG, à une allocation de chômage, sans oublier nos compatriotes qui n’ont que le RMI pour vivre.

Ayons une pensée fraternelle pour ceux pour qui cette période de fêtes est finalement peu différente des autres mois de l’année, ne pouvant s’offrir que l’essentiel et encore en économisant centime par centime.

Pour ces français de plus en plus nombreux pénalisés par la vie chère, un pouvoir d’achat limité par de bas salaires quasiment gelés, notre majorité parlementaire doit imposer au gouvernement un soutien à la consommation qui leur soit réservé.

Cela pourrait transiter par un allègement significatif des prélèvements obligatoires sur leur feuille de salaire.

C’est le seul moyen que je vois aujourd’hui possible et à effet immédiat qui ne créera pas collatéralement des difficultés aux entreprises mais qui donnerait de l’espoir à nos concitoyens les plus modestes en leur prouvant que la République ne les oublie pas.

Les français attendent de notre majorité des garanties pour leur pouvoir d’achat, des garanties pour leur retraite, des garanties pour un égal accès aux soins, cela s’appelle des garanties sociales.

Dans cette période de crise par définition anxiogène, il convient de garantir l’égalité républicaine, pilier essentiel d’une démocratie du XXIème siècle.

A l’Assemblée nationale, nous allons examiner un certain nombre de textes et pour ma part, je resterai arc-bouté sur un certain nombre de principes indissociablement liés à mes convictions gaullistes.

Les libertés publiques et individuelles, les droits sacrés du Parlement, l’indépendance nationale sans oublier la liberté de la presse, demeurent de grands principes qui fondent notre République et garantissent notre démocratie.

A chacune et à chacun d’entre vous, je présente mes vœux personnels très sincères pour que cette année 2009 soit celle de la fraternité, du rassemblement et de l’amitié.

Bonne année à tous !


Jean-Pierre GRAND