Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2009

Tribune Libre parue dans Midi Libre

800px-Drapeau_de_l%E2%80%99OTAN_svg.pngLa pleine réintégration de la France dans les structures militaires de l’OTAN pose un certain nombre de questions. Il convient d’y réfléchir sans dogmatisme, sans arrière- pensée politicienne, seul compte l’intérêt supérieur de la Nation.

Est-il politiquement incorrect de s’interroger sur les raisons pour lesquelles depuis le Général de Gaulle, aucun des présidents de la République, qui se sont succédés, n’a franchi le pas de la réintégration ?

Dans notre histoire contemporaine, deux courants politiques se sont opposés sur ce sujet. Sous la Vème République, le gaullisme pour qui l’indépendance de la Nation et sa grandeur sont liées. L’autre courant de pensée, plus présent sous la IVème République, considérait que la France est d’abord une Nation avec pour obligation le soutien et la promotion du monde occidental.

Aujourd’hui, les plus ardents défenseurs de ce retour plein et entier dans l’OTAN développent une même philosophie.

Depuis le Traité de Washington en 1949 créant l’Alliance atlantique, le monde a profondément changé. La disparition du bloc soviétique, l’émergence politique et économique en particulier de la Chine, de l’Inde, du Brésil, des pays arabes, les immenses besoins de l’Afrique, la situation économique actuelle des Etats-Unis et l’évolution de l’Union européenne obligent, plus que jamais, la France à conserver toute son indépendance et son originalité diplomatique pour maintenir son influence morale, politique et culturelle.

Aussi, est-il déraisonnable de redouter que cette intégration pleine et entière dans une OTAN, considérée partout sur la planète comme une structure militaire américaine, banalise la France et lui aliène la confiance de la plupart des peuples ?

Quel intérêt la France a-t-elle à se fondre dans un bloc occidental alors qu’elle a su cultiver une singularité si précieuse qui l’amenait à être un allié fidèle tout en conservant son indépendance et sa liberté de décision ?

Les partisans de la réintégration affirment que dans la situation actuelle nous sommes à l’intérieur de l’OTAN, remplissons de nombreuses missions militaires sans participer pleinement au commandement.

Faire croire aux français que cet arrimage à l’OTAN va permettre à la France de peser de tout son poids dans la stratégie et l’organisation de l’Alliance me semble être une douce illusion. Pour les Etats-Unis, l’OTAN est indissociablement liée à ses intérêts stratégiques, ils ne sont donc pas prêts à en partager le commandement.

Les partisans du retour à l’OTAN magnifient l’offre américaine de confier à un Général français le commandement allié chargé de la transformation des forces de l’Alliance basée à Norfolk en Virginie.

C’est une manœuvre habile.

En effet, ce commandement peut être considéré comme un « chapeau à plumes » destiné à rassurer l’opinion publique française mais il peut dans l’avenir devenir un piège redoutable.

L’état-major américain conservera la pleine main sur toutes les décisions suprêmes qui engagent l’Alliance et les intérêts américains. Ce commandement, même de pure forme, place la France au cœur d’une réflexion et responsabilise de fait notre pays dans une évolution de l’OTAN voulue par les américains.

Cette évolution stratégique se fera inéluctablement au détriment de l’ONU et de la construction d’une défense européenne autonome.

A quelques semaines des élections européennes, ce sujet d’importance mérite d’être abordé. Il convient de répondre à une question simple : qu’est-ce qu’un ensemble qui n’a pas la capacité d’assurer sa propre sécurité ? Sans une Europe de la défense, il n’y a pas d’Europe politique.

Avec le retour plein et entier de la France dans l’OTAN, la construction d’une véritable défense européenne s’éloigne, la France perd sa singularité diplomatique, notre pays n’est plus un trait d’union entre de très nombreux peuples. Dans ces conditions, nous pouvons craindre que l’on remette en cause notre légitimité à détenir un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations-Unies.

Ces questions essentielles touchant directement à notre indépendance nationale et à nos intérêts stratégiques méritent d’être publiquement posées par un député de la République.

Commentaires

La France et l’Alliance atlantique.
Aujourd’hui, quelle est la situation ?
L’Europe compte maintenant 27 membres dont la majorité se tourne naturellement vers les USA. L’absence de la France du commandement intégré des structures militaires entraine deux conséquences négatives :
Nous ne pouvons pas influencer efficacement nos partenaires pour les amener à plus d’indépendance vis-à-vis des Etats-Unis. En effet, par rapport aux USA, le potentiel militaire de nos voisins est trop faible sans nous.
Autre conséquence négative de notre absence, la mise en place d’une force militaire européenne au sein de l’alliance ne peut progresser.
De par sa force militaire, notre Nation possèdera un poids diplomatique accru si elle peut peser de l’intérieur de l’Alliance contre cette dépendance aux américains.
Penser qu’il est inutile de participer au commandement de l’OTAN parce que la France ne sera pas capable d’influencer la stratégie de l’Alliance en y participant, c’est déclarer forfait, ce n’est pas digne d’un Gaulliste. Ce défaitisme inciterait encore plus nos partenaires européens à s’arrimer à la puissance américaine.
Par ailleurs, laisser entendre que la France perdrait son indépendance et sa liberté de décision est évidement faux. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler que plusieurs pays de l’Alliance, et pas des moindres, ont pu refuser de participer à l’offensive américaine en Irak.
Quant au succès d’estime que nous rencontrons dans les pays émergeants ; ne nous voilons pas la face, aujourd’hui notre poids diplomatique n’y pèse pas lourd par rapport à celui des américains.
En revanche, la participation de la France au commandement intégré de l’OTAN ne pourra que rassurer tous ces pays émergeants qui craignent un Occident (dont nous faisons partie) qui serait trop dépendant de la puissance militaire des Etats-Unis.

Écrit par : Kim | 17/03/2009

Non mon cher Kim, le poids diplomatique de la France est une réalité incontournable encore aujourd'hui.

C'est le poids diplomatique de la France qui a empêché en 2003 que l'invasion américaine en Irak ne se transforme en nouvelle croisade de l'Occident en Orient.

C'est le poids diplomatique de la France qui a permis en 2006 l'envoi de casques bleus au Liban, suscitant l'arrêt immédiat de la sanglante invasion israélienne.

C'est le poids diplomatique de la France qui avait amorcé en 2005 un rapprochement Paris-Berlin-Moscou parfaitement cohérent à l'échelle d'une grande Europe.

C'est le poids diplomatique de la France qui a osé dénoncer dès 2005 l'échec prévisible de l'occupation des troupes de l'OTAN en Afghanistan.

C'est le poids diplomatique de la France qui pourrait oeuvrer à rétablir le légitime droit des peuples sur les bords de la Méditerranée.

C'est le poids diplomatique de la France qui pourrait encore nous sauver d'une funeste guerre des civilisations que l'OTAN contribue désormais à alimenter par ses incursions au Pakistan.

Mon cher Kim, n'oubliez pas lorsque la France s'est retiré du commandement intégré en 1966, cela annula de fait le traité établi en 1948 visant à la libre circulation des troupes américaines sur le sol français. Le président des États-Unis de l'époque redéploya donc en 1967 les 70 000 militaires US installés en France, vers la RFA, le Royaume-Uni, la Belgique et l’Italie.
Le retour de la France dans le commandement intégré de l'OTAN implique donc de nouveau la libre circulation des militaires américains en France et la possibilité d'implantation de bases à commandement américain sur notre sol. Ce fait là ne me parait pas simplement être un "ajustement" comme le dit si benoitement notre Premier Ministre.

Mon cher Kim, n'oubliez pas non plus que, lors de la guerre d'Irak, l'Allemagne s'est certes opposé à l'envoi de ses propres troupes à Bagdad, mais elle a cependant autorisé le ravitaillement et le décollage des avions américains depuis les nombreuses bases US situées sur son sol. L'Allemagne a donc de fait permis stratégiquement à l'opération américaine d'aller bombarder l'Irak. Mais pouvait-elle d'ailleurs faire autrement, étant donné son statut dans l'OTAN ?

La seule éclaircie dans ce ciel sombre pour la diplomatie et la défense françaises est que les USA sont exangues financièrement et à bout de souffle militairement, et que l'OTAN est en crise d'identité...

Écrit par : georges | 18/03/2009

Une page de notre Histoire vient de se tourner et avec elle nous perdons encore un peu plus de notre identité...
Cette décision , lourde de conséquences pour le pays, sera un boulet que traînera la majorité au même titre que le paquet fiscal.
Merci à Georges pour son post qui se passe de tout autre commentaire.

Écrit par : Betty | 18/03/2009

Kim, la première page du Figaro de ce jour est tout à fait dans l'actualité de notre débat. Je cite " MEDVEDEV VEUT REARMER LA RUSSIE " - Selon le président russe, les projets d'expansion de l'alliance atlantique à l'est de l'europe sont un danger pour son pays. C'est le sous titre du Figaro !! Reprenez mon texte là où je parle du commandement que l'on nous donnerait et qui aurait pour mission la transformation de l'alliance ( extension à d'autres pays , nouvelles missions etc . ) On y est. Je suis heureux de ne pas avoir voté cela. JP Grand

Écrit par : JP Grand | 18/03/2009

en emporte le vent.
La moindre des choses aurait été de consulter démocratiquement le peuple français par référendum avant
d’ engager les citoyens dans un avenir guerrier qu’ils ne souhaitent pas.
S’il n’arrête pas cette spirale atlantiste, Nicolas Sarkozy signera là non seulement un déni avéré de démocratie, mais donnera également aux Etats-Unis un dangereux gage Français d’adhésion à d’impropres outils de résolution de la crise financière mondiale.

Écrit par : matteo | 18/03/2009

en emporte le vent.
La moindre des choses aurait été de consulter démocratiquement le peuple français par référendum avant
d’ engager les citoyens dans un avenir guerrier qu’ils ne souhaitent pas.
S’il n’arrête pas cette spirale atlantiste, Nicolas Sarkozy signera là non seulement un déni avéré de démocratie, mais donnera également aux Etats-Unis un dangereux gage Français d’adhésion à d’impropres outils de résolution de la crise financière mondiale.

Écrit par : matteo | 18/03/2009

Mon cher Georges,
Je sais bien que c’est l’amour de la France (que je partage) qui vous a fait écrire ce message dans lequel, je pense, vous prenez vos désirs pour des réalités. Avec le désir de ne pas être polémique, je me permets de reprendre tout ce que vous dites sous un éclairage différent.
- C’est l’absence de poids diplomatique de la France qui n’a pu empêcher l’invasion de l’Irak et sa dénonciation par les journaux arabes comme « une nouvelle croisade de l’Occident ».
- C’est l’absence de poids…..de la France qui n’a pu susciter l’arrêt immédiat de l’offensive israélienne au Liban. Les casques bleus sont venus APRES la fin des combats.
- C’est l’absence de poids…..de la France qui faisait faire du ‘’surplace’’ au rapprochement Paris-Berlin-Moscou jusqu’à l’arrivée de ‘’l’atlantiste’’ Sarko.
- C’est l’absence de poids….de la France dont les vaines protestations faisaient perdurer sans résultats la mauvaise stratégie de l’OTAN en Afghanistan jusqu’à l’arrivée de ‘’l’atlantiste’’ Sarko qui a suscité une nouvelle approche (qui empêchera ce pays de redevenir, on l’espère, le sanctuaire et la base arrière du terrorisme islamique).
- C’est l’absence……de la France qui faisait faire du ‘’surplace’’ à l’Union pour la Méditerranée jusqu’à l’arrivée de l’atlantiste Sarko qui a fait signé un accord historique le 4 novembre à Marseille entre 16 pays du pourtour méditerranéens du sud et de l’est et l’Europe.

PS. L’intégration dans l’OTAN n’implique pas des bases américaines en France ni le survol de notre territoire à l’exemple de la Turquie qui est pourtant dans la structure de l’OTAN.

Écrit par : Kim | 18/03/2009

Bien cher Kim,

Votre Sarko-zorro est arrivé et tout s'est éclairé !
Alélouia, il va falloir bientôt se prosterner devant Sa Seigneurie !

Je vous conseille cependant de relire avec attention le discours de Villepin le 14 février 2003 à l'ONU, vous verrez qu'il avait compris avant tous les autres les lourdes conséquences de l'aventure américaine en Irak.

Relisez à contrario les positions de MM. Kouchner et Lellouche à l'époque qui faisaient totalement confiance aux néo-cons américains et répétaient en boucle les mensonges proférés par l'administration Bush. Remarquez comme à l'époque notre futur Président (qui pourtant déjà aimait bien s'occuper de tout) observait un silence inhabituel. Remarquez comme en septembre 2006, ce même homme, pourtant ministre d'Etat, se pavanait avec M. Bush et proclamait servilement que nous avions fait preuve d'arrogance envers les Etats-Unis. Est ce que c'est ça le poids diplomatique de la France dans les moments cruciaux ?

Vous verrez, mon cher Kim, quand dans quelques décennies nous nous retournerons vers l'histoire de notre beau pays, nous pourrons observer avec fierté qu'au début des années 2000 nous n'étions pas de ceux qui s'étaient stupidement aventurés dans une pseudo-guerre au terrorisme si néfaste pour notre fragile humanité .

Écrit par : georges | 19/03/2009

2009: An II du poids diplomatique de la France!!!
Avec l'élection de NS nous serions passés de l'ombre à la lumière...
Quelle plaisanterie!
Nous parlons de la grandeur du pays et de la paix dans le monde sinon ce serait à mourir de rire!!!

Écrit par : Betty | 19/03/2009

cher mr grand depute ,,,
je ne sais si je poste sur le bon blog excusez moi si je fais erreurs de reclasser sur votre site au bon endroit ,,

je suis atteré par ce que je viens d entendre aux informations ,,
,, la droite voudrait taxer les indememnités versées aux handycapés du travail ?,
si tel etait le cas cela est ignoble bas et lamentable j aurais honte que des deputés de droite aient pu penser a ce genre de bassesse ,,,
j ai honte davoir voté a droite la prochaine fois je men rappelerai

pourriez vous transmettre ce message a l initiateur d une telle idée ,,,,,
quelle prouesse ?

pourrait ton avoir le nom de ce député inventeur pour lui faire savoir ce que la france d en bas pense de lui et son idée ,,,,

MERCI MR GRANT ,,,
en esperant que vous n adhererez pas a une telle ignominie

jai honte d etre du meme coté qun tel personnage

Écrit par : zoom | 24/09/2009

Les commentaires sont fermés.