Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2010

Mon interview dans La Gazette de Montpellier

La_Gazette_De_Montpellier-logo-6D78B7A581-seeklogo_com.gifAlors Jean-Pierre Grand, dans trois mois, vous êtes exclu de l'UMP ?
C'est moi, et moi seul, qui choisirai de rester ou de quitter l'UMP.

Les militants ont tout de même leur mot à dire, et ils ont voté massivement cette motion, ils étaient plus de cent cinquante...
Ce vote n'a aucune valeur : il s'est déroulé en mon absence, sans que l'ordre du jour n'ait indiqué qu'un tel sujet serait abordé, sans donc entendre ce que j'avais à dire. Raymond Couderc, qui est à l'initiative de cette motion, a certes été suivi par cent à cent vingt personnes, mais, par exemple, ni le maire de Sète, François Commeinhes, ni celui de Saint-Gély, Georges Vincent, par ailleurs président du groupe UMP au Conseil général, n'ont accepté de voter un tel texte, manifestant publiquement leur désaccord.
J'ai depuis rencontré de nombreux militants, de nombreux élus - et parmi eux des parlementaires - qui m'ont assuré n'accorder aucune importance à ces gesticulations dérisoires.

Tout de même : vous l'avez cherché ! Vous n'avez de cesse de critiquer tout ce que font Nicolas Sarkozy et l'UMP, et en termes parfois virulents!
Je fais mon travail de député gaulliste social. Je dénonce les injustices sociales. Je demande la suppression du bouclier fiscal. Je fais savoir que la façon dont sont traités les Roms n'est pas humaine. J'ai demandé à plusieurs reprises le retrait de nos troupes d'Afghanistan. Je me suis opposé au retour de la France dans l'Otan. J'ai émis de fortes réserves sur la loi relative aux collectivités locales. Et, sur les retraites, je trouve exagéré de faire travailler la moitié des femmes jusqu'à 67 ans.

Mais pourquoi restez-vous donc à l'UMP, si vous n'êtes d'accord sur rien ?
Écoutez, j'ai adhéré au mouvement gaulliste à l'âge de seize ans, j'en ai bientôt soixante, je reste fidèle à mes idéaux. Mais c'est vrai que je n'ai jamais vu un tel foutoir dans ma famille politique.

Pourquoi donc y rester?
Sur tous les sujets que je viens d'évoquer - les injustices sociales, le bouclier fiscal, les retraites... -, sachez que nous sommes nombreux à l'UMP à nous exprimer dans le même sens, dans toute la France. Or il n'y a que dans l'Hérault que le secrétaire départemental de l'UMP s'est mis en tête de vouloir exclure. Je vous rassure: cette démarche a beaucoup fait rire ceux qui connaissent le fonctionnement de l'UMP, et je crois savoir que ça a prodigieusement agacé les instances nationales, qui ne tiennent pas à ouvrir actuellement un nouveau front politico-médiatique. On ne peut pas exclure un député. Si, dans tous les départements, les députés de l'UMP qui s'expriment comme je le fais devaient être exclus, notre groupe parlementaire se retrouverait bien clairsemé.

Prenons la question à l'envers: en quoi êtes-vous d'accord avec l'UMP?
Avec les promesses qu'avait faites Nicolas Sarkozy !

Mais pourquoi rester, d'autant que, parallèlement, vous essayez avec Dominique de Villepin de créer un nouveau parti, voire un nouveau groupe parlementaire?
Quand je dis que rester ou quitter l'UMP relève de mon choix, et seulement de mon choix, ce n'est pas une fanfaronnade. Mon choix de rester à l'UMP tient à une constatation simple : on peut encore espérer que c'est là qu'il y a le plus grand nombre de gaullistes! Nous assistons à une droitisation et à une crispation de l'UMP, ce qui est très préjudiciable au respect d'une politique qui nous rassemble, mais j'estime qu'il est de mon devoir de tout faire pour éveiller les consciences à l'intérieur de l'UMP, et, croyez-moi, ça bouge! Voilà que même des ministres en exercice signent des tribunes dans la presse qui relèvent d'un vrai réquisitoire contre le chef de l'État. Quant à "République solidaire", dont je suis le responsable national des fédérations, et qui compte aujourd'hui vingt mille adhérents, rien n'interdit, dans les statuts de l'UMP, la double appartenance.

Raymond Couderc vous conseille de prendre votre carte au PS...
C'est aussi stupide que si moi je vous disais que lui n'a qu'à prendre sa carte au Front national! Restons sérieux. Je veux bien que le maire de Béziers donne des leçons de politique, mais quand, en Languedoc-Roussillon, alors qu'il était au second tour de l'élection régionale le seul représentant de la majorité présidentielle, il ne réalise qu'un score de 26 %, il ne peut s'en prendre qu'à lui-même. À ce niveau-là, on fait son examen de conscience et on démissionne de sa fonction de secrétaire départemental de l'UMP. Au lieu de cela, il vire le maire de Palavas, il vire le maire de Juvignac, il vire le maire de Baillargues, et il rêve de faire de même avec moi. Tout cela est dérisoire, pathétique.

Propos recueillis par Pierre Serre

Commentaires

Monsieur le Depite
vous n avez pas été lourdés .
nous avons simplement demande de ne plus renouvelé votre adhésion.
n oubliez pas que vous avez été élu avec nos voix sarkosistes.
et n'espérez plus 1 avenir politique quelconque dans notre région.
stjust234

Écrit par : stjust234 | 02/10/2010

Les commentaires sont fermés.