Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2013

Réaction au vote des Métropoles par l'Assemblée Nationale

Les métropoles, ces énormes "machins" vont mettre en place une administration technocratique, pléthorique, déshumanisée, inaccessible aux citoyens. Nos communes ne peuvent disparaître au détour d'une simple loi. 
 
Nos villes et nos villages, indissociables de l'unité de la Nation et de notre Démocratie, c'est depuis des siècles notre Histoire, celle de la France.
 
Etre majoritaire à l'Assemblée Nationale n’autorise pas tout, ne donne pas tous les pouvoirs et certainement pas celui de faire mourir nos communes, piliers de la gestion publique de proximité à laquelle sont attachés les français.
 
Seul le peuple, directement ou le Parlement réuni en Congrès, pourraient légitimement supprimer les communes de France.

Commentaires

Supprimons sans pitié les Communautés d’agglo, qui strangulent les communes, refusons catégoriquement les Métropoles, qui cancérisent les départements, démantelons les Euro-régions, qui désarticulent la nation ; et surtout, surtout, destituons la ruineuse UE qui chaque année nous coûte 18 milliards d’euros alors que ne reviennent en France (et encore, il faut dire « thank you » et « Danke schön » pour toucher une petite partie de NOTRE argent) chaque année que 9 milliards dont l’usage est contrôlé par Bruxelles et ne peut, de fait, servir à réindustrialiser notre pays.
Supprimons du même coup les coquets émoluments que s’attribuent, non pas les fonctionnaires territoriaux et nationaux – dont les salaires sont bloqués – mais les féodaux du PS et de l’UMP qui règnent sur les euro-régions. Et transformons les énormes « hôtels de région » en appartements pour les mal logés.
Une telle suppression du « millefeuille » peut s’effectuer en un éclair ; et pour filer la métaphore pâtissière, liquidons aussi dans la foulée le « statut spécial » de l’Alsace-Moselle en matière de laïcité : Marianne n’a pas à régler le traitement des curés, pasteurs, imams et autres rabbins qui hantent les écoles publiques de Metz à Strasbourg en violant la loi de 1905 (« la République ne reconnaît ni ne salarie aucun culte »).

Écrit par : HADJADJ Robert Max | 27/07/2013

L'assemblée fait un peu du n'importe quoi en ce moment :/

Écrit par : http://www.cardiosecours.fr/ | 10/08/2013

Vous avez raison, le texte sur les métropoles est une folie en l'existence de nos communes ne peut être rayée d'un trait de plume par une simple majorité à Assemblée Nationale. C'est au peuple de décider la fin des communes de France et à lui seul.

Écrit par : Fabien | 11/08/2013

Vraiment l'assemblée nationale c'est un peu du n'importe quoi en ce moment ! :/

Écrit par : http://www.parasol-factory.com/ | 12/08/2013

Les commentaires sont fermés.