Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2014

Lettre à André VEZINHET, Président du Conseil général de l'Hérault

Retrouvez ci-dessous la lettre que je viens d'adresser à Monsieur André VEZINHET, Président du Conseil général de l'Hérault concernant la réforme territoriale annoncée par le nouveau gouvernement.

Monsieur le Président. 

Au moment où le nouveau Gouvernement annonce des réformes territoriales importantes, je souhaite brièvement vous faire part de mes sentiments.

Les départements, nos communes grandes et petites, comme les intercommunalités raisonnables, contribuant à garantir sur tout le territoire l’efficacité et la solidarité de l’action publique, vous comprendrez mon hostilité pour ces réformes, multiples et bâclées, qui depuis quelques années s’enchaînent sans cohérence.

Textes après textes, elles détruisent le subtil tissu protecteur d’une action publique de qualité et la démocratie de proximité garanties par les collectivités locales que nous avons l’honneur de gérer.

Je vous redis aujourd’hui mon espoir de voir un Gouvernement décider une grande et unique réforme institutionnelle conjointe de l’Etat et de nos Collectivités, équilibrée et conçue dans le respect de l’esprit des lois de décentralisation de 1982 garanties désormais par la Constitution.

L’une ne peut aller sans l’autre si l’on veut préserver les grands équilibres de la Nation et adapter sa gouvernance aux multiples défis économiques, humains et sociaux qui s’imposent au plan national comme local.

Aussi, peut on accepter sans broncher, l’idée de supprimer sans plus de forme les Départements de France, après avoir regroupé les Régions et tenté d’imposer des intercommunalités supra-communales ?

Ce dogmatisme dangereux, déconnecté des réalités, conduirait à accentuer les inégalités économiques, sociales et de service public dans nos territoires.

Aujourd’hui l’action des Départements et de leurs élus assurent une solidarité et une égalité de traitement entre les cantons urbains et les territoires ruraux.   

Voilà quelques raisons qui justifient Monsieur le Président mon soutien à votre engagement dans la défense de nos Départements de France.

Les commentaires sont fermés.