Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2010

Mon point de vue sur la réforme des retraites

Des dizaines de milliers d'héraultais ont manifesté leur inquiétude. Il faut en tenir compte.

La démographie et la faiblesse de capacité de croissance de notre économie avec comme corollaire le chômage impose une réforme de notre système de retraite.

Aujourd'hui, ce qui m'inquiète dans ce projet de loi, ce n'est pas tant que l'on repousse de deux ans l'âge de la retraite, c'est que cette réforme n'est pas financée.

En effet, la retraite à 62 ans ne produira que la moitié des besoins. Les cinq ou six milliards de financement supplémentaire annoncés par des augmentations diverses ne sont pas suffisants.

Les seize milliards inscrits pour la caisse de retraite des fonctionnaires c'est de la dette publique. Le compte n'y est donc pas.

Nos concitoyens seraient prêts à faire un effort mais ils veulent une garantie pour l'avenir et un système juste, équitable.

On ne peut pas asseoir le règlement du déficit uniquement sur la base salaire. Il faut impérativement trouver des ressources nouvelles sans aggraver la dette.

Au nom de quelle morale républicaine, un revenu du capital serait moins taxé qu'un revenu du travail. Tous les revenus doivent être soumis au prélèvement retraite pour augmenter les recettes et rééquilibrer les prélèvements. C'est le sens des amendements que nous avons déposés avec d'autres députés villepinistes.

Ce que je crains c'est que cette loi qui ne règlera pas l'équilibre financier du régime des retraites, ne soit qu'une étape qui deviendra un prétexte d'ici sept à huit ans, pour justifier l'abandon de notre système de répartition.

Voilà pourquoi ce sujet devra être tranché par les français lors des élections présidentielles en 2012.