Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2010

Mon discours lors de la commémoration de l'Appel du 18 Juin 1940

degaulleaumicro01.jpg

Mesdames et Messieurs,

En cette journée si particulière où nous commémorons le souvenir de l'Appel du Général de Gaulle le 18 juin 1940 à Londres. Appel qui va vous être lu dans quelques instants. Je vous remercie d'être là, présents, en hommage à cette date et à son destin.

Cet appel du 18 juin, c'est celui d'un homme seul qui refusait l'inacceptable, l'envahissement, l'humiliation et l'asservissement de son pays, la France.

Le Général de Gaulle lança cet appel, alors que tout semblait perdu. Le gouvernement et le peuple se résignaient à cette fatalité d'anéantissement de la nation française au profit d'un régime totalitaire et sanguinaire.

Les français l'ont, petit à petit, rejoint. C'était la France libre, la résistance qui s'organisait et l'horizon d'une libération dès lors se dessinait dans la brume épaisse de l'occupation.

Le rôle du Général de Gaulle, celui de la résistance armée à l'occupation qu'il a suscitée pour la libération de la patrie, sa vision et son engagement patriotique, resteront à jamais gravés dans l'Histoire de notre nation.

L'esprit de l'appel du 18 juin a eu naturellement après la guerre ses prolongements.

Le Général de Gaulle a tracé la voie des grands principes institutionnels qui devaient reconstruire notre nation.

S'en suivit le Discours de Bayeux et bien d'autres qui ont jeté les bases  philosophiques, politiques, administratives, sociales de l'organisation républicaine de la France.

L'Appel prophétique du 18 juin 1940, qui a créé les conditions de la résistance à l'ennemi jusqu'à la victoire, va bien au-delà.

Gerbe18juin.jpgLe Général de Gaulle et le Conseil national de la résistance, patriotes courageux, victorieux, hommes politiques visionnaires et avisés, sont devenus les pères fondateurs d'un modèle de société. Ils ont permis à la nation de se reconstruire, en établissant des bases institutionnelles solides et pris les décisions qui convenaient pour servir la cause de l'homme, celle du progrès et de la paix.

Aujourd'hui, 70 ans après, notre société voit ses principes d'égalité et de justice sociale balayés par la mondialisation, la crise et l'évolution des pratiques politiques.

En cette journée du 18 juin, je suggère à ceux qui tiennent sur le Général de Gaulle de grands et beaux discours, mais qui agissent à contresens des principes qu'il a inspiré, de réfléchir. Réfléchir à l'ardente obligation aujourd'hui de garantir les grands principes d'un fonctionnement équilibré de la nation, de renouer avec sa grandeur, son autorité, le respect du fonctionnement institutionnel et de la démocratie.

En ce début de 21ème siècle, comme dans la période qui a suivi la Libération, la France et l'Europe se retrouvent aujourd'hui dans une situation où les hommes d'Etat ont le devoir de proposer un nouveau modèle de société où la condition humaine sera prioritaire.

Celui ou celle qui dans notre pays saura faire ce choix, suscitera, comme le Général de Gaulle après le 18 juin 1940, une forte adhésion populaire.

Mesdames et Messieurs, formons le vœu que ce 70ème anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle inspire nos consciences.