Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2013

La fin de nos communes ne se décide pas par décret, mais par la seule volonté des citoyens

L'annonce par le Premier Ministre que l'agglomération de Montpellier se transformera automatiquement en Métropole par simple décret, avant même que le Parlement examine le texte, en dit long sur le rôle du Parlement, affaiblit les députés et sénateurs locaux, ignore nos conseils municipaux et la population de nos communes.
 
Les Métropoles avaient été créées par la précédente majorité pour les agglomérations de plus de 500 000 habitants contre 400 000 aujourd'hui, mais le Parlement avait voté un amendement ne rendant pas automatique cette transformation. Député, j'avais fortement participé à cette évolution du projet de loi qui méritait d'être corrigé.
 
Quelques jours après le vote des Alsaciens qui ont massivement refusé par référendum la fin de leurs départements, cette déclaration du Premier Ministre laisse à penser que si le gouvernement avait imaginé l'issue de ce référendum, il aurait là aussi décidé par décret.
 
Je vais lancer une pétition dans chacune des communes de l'agglomération de Montpellier, pour sensibiliser la population face à cette situation inacceptable. L'organisation et la coordination de cette action seront communiquées dans les prochains jours, mais ceux qui d'ores et déjà souhaitent y participer peuvent prendre contact avec moi.
 
Le slogan de cette pétition et des réunions qui l'accompagneront est simple et résume bien la situation :
 
"La fin de nos communes ne se décide pas par décret, mais par la seule volonté des citoyens"
 
Rendez-vous sur le site du Midi Libre pour vous exprimer et voter en faveur de la consultation des habitants des communes concernées par la transformation de l'agglomération en métropole :