Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2008

Analyse des résultats des élections municipales

Lors de ces élections municipales, j’ai eu la chance de faire partie des parlementaires de la majorité présidentielle réélus dès le premier tour.
J’en mesure tout l’honneur mais également tout le travail nouveau qui nous attend avec mon équipe. J’aborde ce mandat avec une certitude : c’est que dans la vie publique rien n’est acquis et que nos concitoyens, en ce début de 21ème siècle, expriment une exigence de qualité, de rapidité et d’efficacité dans l’action de ceux en qui ils ont placé leur confiance.

L’action de proximité fut l’un des messages forts que les castelnauviens m’ont adressé. Je le retiens.
Le deuxième message de ces élections municipales, quand on regarde en détail les résultats et la participation, s’adresse au député de la majorité que je suis. Là aussi le message est clair. Une partie de nos concitoyens sont exigeants et nous rappellent le slogan de notre candidat à l'élection présidentielle « Ensemble, tout devient possible ».

On peut mesurer combien l’échec de notre majorité est pour le plus grand nombre de maires battus une sanction qui ne les visent pas toujours directement, mais un message clairement passé au Président de la République et au Gouvernement.
Tous ces maires battus sont devenus les victimes collatérales de la mauvaise humeur de nos compatriotes dont chacun d’entre nous sur le terrain a pu ressentir et mesurer l’expression.

Aujourd’hui, pour nous, députés, maires, élus de la majorité présidentielle dans laquelle les français avaient fondé leurs espoirs, la seule ligne d’action qui vaille c’est de mettre tous les moyens financiers dont dispose la Nation pour augmenter les revenus de nos compatriotes les plus modestes.

J’ai cru ressentir ce message justement délivré par les députés UMP ce mardi lors de notre réunion du groupe parlementaire.

Avec mes amis députés, philosophiquement et amicalement proche de Dominique de Villepin, nous estimons que le Président de la République et son Gouvernement s’honoreraient à nous associer à la réflexion et à l’action politique de la majorité.
Si notre sensibilité a été collectivement bien élu, et pour la plupart d’entre nous dès le premier tour, c’est probablement parce que nous avions su faire valoir dans la majorité notre différence.
Chacun peut observer que nous n’avons pas apporté, au soir du premier tour et encore moins au soir du second, de critiques acerbes sur cet échec électoral. Les députés les plus sarkozystes s’en sont, en revanche pour certain, donnés à cœur joie. Nous, nous avons fait preuve de mesure et de solidarité.

J’espère que nous serons entendus. Dans tous les cas, nous continuerons, comme par le passé, à nous exprimer avec discernement, mais avec précision, pour défendre l’intérêt général et la place de nos idées dans la gouvernance de la Nation par la majorité présidentielle à laquelle nous appartenons pleinement.

Jean-Pierre GRAND