Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2010

Réaction aux mouvement sociaux et manifestations lycéennes

Les actes de violences, en particulier ceux commis dans les lycées montpelliérains, sont condamnables.

Manifester oui, casser non.

Je n'ai pas voté en première lecture à l'Assemblée nationale cette réforme qui n'est pas financée. De plus, elle est injuste du fait du report à 67 ans de la retraite sans décote. Cette mesure pénalisera les carrières discontinues et les seniors de plus de 62 ans au chômage pour qui retrouver un travail sera quasiment impossible.

Les syndicats ont entraîné les salariés dans la grève et la manifestation au motif que cela pourrait amener le Gouvernement à poursuivre la négociation. S'ils sont désavoués et quelque part humiliés parce que l'Elysée n'a pas arrêté la machine législative le temps d'une négociation complémentaire, on peut prévoir que les organisations syndicales les plus radicales gagneront du terrain.

Dans cette affaire, le Gouvernement doit rétablir le dialogue avec les syndicats. S'il ne le fait pas, le mouvement syndical changera de nature.

Cela m'inquiète pour la France.