11/06/2010

Borloo donne son feu vert au déplacement de l'A9

Je suis très heureux de la décision de Jean-Louis Borloo de retenir la solution du déplacement de l'autoroute A9.

Ça fait 23 ans que je me bats pour ça.

Les travaux d'aménagement des trois échangeurs réalisés par ASF n'apportent que des améliorations ponctuelles et ne permettent donc pas de traiter efficacement les problèmes de congestion observés sur l'A9. Cette axe autoroutier reste particulièrement dangereux. 

Le principe de la séparation des flux est donc acté, le déplacement de l'A9 aussi et l'autoroute actuelle deviendra un boulevard urbain.

C'est la victoire de tous les maires avec qui nous nous sommes battus.

Téléchargez la lettre de Jean-Louis Borloo

27/05/2010

Réaction sur le déplacement de l'A9

Le « projet concret » que Jacques Domergue propose pour gérer le trafic routier dans notre agglomération est techniquement délirant. On y retrouve tout et son contraire. Renvoyer la circulation de la déviation Est et du lien sur l'autoroute A9, et en même temps refuser le déplacement de cette même autoroute pourtant déjà saturée, vouloir décongestionner le centre ville et en même temps imaginer y injecter plus de voitures en les faisant transiter directement sous la Comédie et cela jusqu'au boulevard du Jeu de Paume, est incohérent.

C'est un projet financièrement délirant pour le contribuable. Au moment où  nous examinons à l'assemblée nationale la réforme des collectivités locales, que  votera sans états d'âme Jacques Domergue, texte qui privera nos collectivités locales de leurs principales ressources financières, mon collègue député propose un énorme transfert de charge pour nos collectivités locales. Son projet est une charge financière exorbitante de plusieurs centaines de millions d'euros, alors que le déplacement de l'A9 qui sépare le trafic local du trafic de transit, en particulier des poids lourds, est financé par l'ASF. Jacques Domergue permet à ASF d'économiser 450 millions d'euros en transférant cette charge sur les contribuables locaux. Un vrai tour de force.

L'élargissement sur place de l'autoroute A9 en deux fois quatre voies comme le propose Jacques Domergue a été examiné par le comité des experts diligentés par le gouvernement. Leur réponse a été claire : « Nous proposons de ne pas retenir cette solution car elle ne répond pas aux objectifs de sécurité et s'avère d'une réalisation complexe et très perturbante. Cet élargissement ne répond pas aux deux objectifs majeurs qui avaient été fixés : la séparation des flux de transit des trafics loco-régionaux pour des raisons de sécurité et de fluidité et la requalification de l'infrastructure existante en boulevard urbain dans sa partie centrale. »

Tout le monde sait que Jacques Domergue est le bras armé du gouvernement contre notre agglomération. Jusqu'où ira-t-il pour nuire aux projets de nos communes et à l'intérêt collectif de notre agglomération? Le maire de Castelnau-le-Lez que je suis, concerné par ce dossier, pose sereinement, clairement mais fermement la question.

22/07/2009

Réaction à l'article de Midi Libre sur l'autoroute A9

A9.jpgLe quotidien Midi Libre de ce jour fait état des informations du Député Jacques DOMERGUE annonçant que le Gouvernement, sous son influence, aurait décidé de renoncer au doublement de l'autoroute A9.

L'enjeu de ce dossier c'est l'incontournable objectif de sécurité routière par la séparation des flux de circulation que seul permet le doublement.

L'option de l'élargissement, défendue par M. DOMERGUE, a été déclarée par les experts techniquement infaisable et nullement souhaitable.

Aussi, je ne peux imaginer que l'Etat, qui a signé une Déclaration d'Utilité Publique, qui s'impose à tous, cède au lobbying politicien d'un élu qui, je le rappelle, n'a obtenu que 29 % aux élections municipales à Montpellier et doit son élection de Député de ce secteur qu'au seul retrait de Christian JEANJEAN.

Le comportement politicien du Député Jacques DOMERGUE est révoltant tellement il s'éloigne de l'intérêt général.

Pour ma part, j'exige de l'Etat le respect de l'esprit de la Déclaration d'Utilité Publique qu'il a signé.